Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Il est dangereux d'accélérer la démocratisation de l'Egypte et d'autres pays arabes (experts russes)

    International
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 6 septembre - RIA Novosti. Il est dangereux d'accélérer le processus de démocratisation dans les pays du Proche-Orient estiment les experts russes.

    "Une tentative de lever complètement toutes les écluses face à la démocratisation dans des pays, tels que l'Egypte, par exemple, est suffisamment dangereuse. Car dans un tel cas, l'Etat laïque pourrait être submergé par une vague du fondamentalisme islamique, ce qui ne manquerait certes pas d'avoir pour effet la défaite de toutes les forces politiques constructives", a déclaré mardi dans une interview à RIA-Novosti le directeur de l'Institut de l'Afrique et du Proche-Orient de l'Académie des Sciences de Russie, Alexeï Vassiliev. L'expert a fait cette déclaration à l'occasion des futures élections présidentielles en Egypte prévue pour mercredi 7 septembre.

    Selon Alexeï Vassiliev, les traditions démocratiques sont déjà assez solides en Egypte où plusieurs partis politiques étaient nés il y a plus d'une centaine d'années. Qui plus est, a ajouté le directeur de l'Institut de l'Afrique et du Proche-Orient de l'Académie des Sciences de Russie, de puissants syndicats fonctionnent efficacement dans ce pays, et la presse y est par tradition bien développée, elle aussi.

    "Il est en Egypte des structures suffisamment développées d'une société civile qui est évidemment spécifique et ne correspondent certes pas aux normes d'une société civile de type européen", a indiqué l'expert.

    Comme l'a noté Alexeï Vassiliev, les problèmes aigus de la société égyptienne engendrent souvent de l'extrémisme musulman, la criminalité et la tension au sein de la société. La solution de ces problèmes implique évidemment la nécessité de rénover l'élite politique du pays, a-t-il ajouté.

    De l'avis du directeur de l'Institut de l'Afrique et du Proche-Orient de l'Académie des Sciences de Russie, le Président sortant de l'Egypte, Hosni Moubarak, s'est sans doute porté candidat à la présidence pour la cinquième fois "pour garantir la continuité du pouvoir et rendre le moins douloureux possible pour le pays le processus de relève de l'élite au pouvoir en Egypte".

    Pour sa part, le président de l'Institut du Proche-Orient, Evgueni Satanovski, estime, lui aussi, qu'en "arborant des mots d'ordre démocratiques, ce sont souvent des islamistes qui viennent au pouvoir, ce qui s'est déjà produit plus d'une fois en Orient". "Si Moubarak remporte ces présidentielles, cela ne sera certes une surprise pour personne", a signalé l'expert.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik