Ecoutez Radio Sputnik
    International

    La défense d'Evgueni Adamov a fait appel de la décision sur son extradition vers les Etats-Unis

    International
    URL courte
    0 0 0 0

    GENEVE, 1er novembre - Ekaterina Andrianova, RIA Novosti. La défense d'Evgueni Adamov, ancien ministre russe de l'Energie atomique, a fait appel de la décision des autorités suisses de l'extrader vers les Etats-Unis, a fait savoir mardi l'avocat Stefan Wehrenberg. L'appel a été soumis à l'instance judiciaire supérieure de la Suisse: la Cour fédérale de Lausanne, dont les décisions sont définitives et sans appel.

    Par conséquent, Evgueni Adamov reste en prison à Berne et ne sera pas extradé avant la décision de la Cour fédérale, dont les délibérations ne sont pas limitées dans le temps.

    Le 3 octobre, l'Office fédéral de la justice (OFJ) de la Suisse a fait part de sa décision d'extrader Evgueni Adamov vers les Etats-Unis, en accordant la préférence à la requête d'extradition américaine par rapport à la requête russe.

    Evgueni Adamov, ministre russe de l'Energie atomique de 1998 à 2001, avait été arrêté le 2 mai à Berne à la requête du ministère de la Justice des Etats-Unis. Les autorités américaines l'accusent d'avoir empoché 9 millions de dollars affectés à la Russie pour améliorer la sécurité des ouvrages nucléaires. Aux Etats-Unis, Evgueni Adamov risque une peine de 60 ans de prison et une amende de 1,75 million de dollars.

    Le Parquet général de Russie a également engagé une action en justice contre Evgueni Adamov pour escroquerie et abus de pouvoirs.

    Les deux pays ont demandé à la Suisse d'extrader Evgueni Adamov. Les Etats-Unis ont envoyé leur requête officielle d'extradition de l'ex-ministre le 24 juin et la Russie, le 17 mai.

    Lire aussi:

    Le poète russe Evgueni Evtouchenko s'est éteint aux USA
    La Géorgie demande à l'Ukraine d'extrader son ex-Président Saakachvili
    L’avocat d’un hacker russe accusé de cyberpiratage envoie une lettre à Donald Trump
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik