Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Selon la Havane, la visite à Cuba d'Evo Morales resserrera les liens entre le PC cubain et le MAS

    International
    URL courte
    0 2 0 0
    BUENOS AIRES, 30 décembre - Youri Nikolaïev, RIA Novosti. La prochaine visite à Cuba du président bolivien, Evo Morales, renforcera les liens politiques entre le Parti communiste de Cuba et le Mouvement vers le socialisme (MAS), lit-on dans un communiqué publié par le gouvernement cubain.

    Evo Morales se rendra à Cuba le 30 décembre sur l'invitation de Fidel Castro.

    "La visite à Cuba du camarade Evo Morales s'effectue dans le cadre des liens historiques profonds, de la fraternité et de la solidarité des peuples cubain et bolivien", lit-on dans le document.

    Dans le communiqué il est souligné que les dirigeants cubains et le nouveau président bolivien se prononcent en faveur "de l'intégration des pays d'Amérique latine sur la base de la solidarité et de l'humanisme". Il est également indiqué qu'au cours de sa visite de vingt-quatre heures à Cuba Evo Morales s'entretiendra avec Fidel Castro et d'autres dirigeants du pays.

    Les observateurs boliviens relèvent que le fait qu'Evo Morales, 46 ans, ait choisi Cuba pour sa première visite à l'étranger n'a rien de fortuit. Il a déclaré à plusieurs reprises qu'il était un partisan de Fidel Castro et qu'il admirait les acquis de la révolution cubaine.

    Alors qu'il était le leader du MAS, Evo Morales s'était rendu plusieurs fois à Cuba. Sa dernière visite dans l'Ile de la liberté remonte à avril 2005.

    Pendant la campagne présidentielle Evo Morales a souligné à plusieurs reprises qu'il considérait "Hugo Chavez et Fidel Castro comme des alliés stratégiques et des frères".

    L'investiture officielle du nouveau président bolivien aura lieu le 22 janvier. D'ici à cette date il effectuera une tournée dans des pays d'Europe, d'Asie et d'Afrique. Evo Morales entend notamment se rendre en Espagne, en France, aux Pays-Bas, en Belgique, en Chine, en République d'Afrique du Sud et au Brésil.

    Lire aussi:

    Trump annule la décision de l'administration Obama de normaliser les relations avec Cuba
    Lutte anti-drogue: le monde n'a aucune leçon à recevoir des USA selon Morales
    La Bolivie se dresse pour défendre sa nouvelle loi sur la feuille de coca
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik