Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Les experts de l'AIEA peuvent faire l'objet de pressions

    International
    URL courte
    0 3 0 0
    MOSCOU, 1-er février - RIA Novosti. Les experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) peuvent faire l'objet de pressions au cours de l'établissement de leur rapport sur le problème nucléaire iranien, estime le chef du comité des affaires internationales de la Douma, Konstantin Kossatchev.

    "Il y a de bonnes raisons de penser que les experts de l'AIEA ne trouvent pas de motifs plausibles pour renvoyer le dossier nucléaire iranien devant le Conseil de sécurité de l'ONU, mais on fait pression sur eux pour qu'ils émettent un avis plus sévère justifiant la prise de sanctions", a-t-il dit dans une interview à RIA Novosti.

    Le dossier iranien a été transmis au Conseil de sécurité "pour information", ce qui, de l'avis du parlementaire, constitue une "pression politique sur l'Iran". Le dossier iranien ne sera pas examiné par le Conseil de sécurité avant le 6 mars, date à laquelle l'AIEA présentera le rapport de ses experts sur ce problème. "Quel sera ce rapport, nul ne le sait aujourd'hui", a-t-il ajouté.

    A la question de savoir s'il voyait une ressemblance entre les situations autour de l'Iran et autour de l'Irak, Konstantin Kossatchev a souligné qu'avec l'Iran la communauté internationale doit faire preuve de davantage de prudence. Si la situation se "développe différemment, cela créera un précédent dangereux". La situation autour de l'Iran résulte des "lacunes dans le régime de non-prolifération", c'est pour cette raison qu'il est nécessaire de suivre de très près la situation qui se crée autour du dossier iranien, a ajouté le parlementaire russe.

    Lire aussi:

    Chef de la diplomatie iranienne: les USA ne respectent pas l’accord sur le nucléaire
    Trump se casse les dents sur l'Iran
    La Russie est opposée à l'implication de l'AIEA dans le processus de désarmement nucléaire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik