Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Un Tarzan ukrainien se terrait depuis 13 ans dans les forêts tchernobyliennes

    International
    URL courte
    0 1 0 0

    KIEV, 6 février - RIA Novosti. Pendant 13 ans un Tarzan ukrainien a vécu caché dans les forêts des environs de Tchernobyl. Il s'était aménagé des terriers, pour se nourrir il tuait des animaux avec une arbalète, et le jour où il a eu besoin d'une arme nouvelle, il a tué un homme, écrit le quotidien Segodnia dans sa livraison de lundi.

    Ce sont les policiers chargés d'élucider l'assassinat d'un retraité solitaire dans une localité des environs de Kiev qui ont découvert le meurtrier. Le Tarzan en question est âgé de 26 ans, natif de cette localité. Treize années durant il avait vécu dans une zone boisée de 30 kilomètres de rayon autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl, ne se montrant que très rarement aux yeux des gens.

    Après l'accident à la centrale en 1986, beaucoup d'habitants des villages limitrophes de la zone prohibée s'adonnaient à la maraude. C'était aussi le cas du jeune garçon. Vivant dans l'isolement, il rendait de rares visites à sa grand-mère et à sa soeur chez lesquelles il trouvait refuge lors des grands froids hivernaux. Le reste du temps le garçon vivait dans un gourbi, commettant des larcins dans les maisons environnantes.

    Les policiers se sont intéressés à lui l'année dernière, après qu'il eut abattu un cheval de Przewalski dont un troupeau avait été amené à titre expérimental dans la réserve Askania Nova. A l'époque l'ermite avait réussi à disparaître.

    Début janvier le Tarzan ukrainien suspecté d'assassinat a été arrêté. De nouveaux motifs d'inculpation ont été retenus contre lui, écrit le journal Segodnia.

    Lire aussi:

    La zone d'exclusion de Tchernobyl, paradis des animaux rares
    La grande roue de Pripiat mise en marche 31 ans après la tragédie de Tchernobyl (vidéo)
    Greenpeace: les centrales nucléaires françaises et belges vulnérables au risque d'attentat
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik