Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Situation autour du programme nucléaire iranien au c�ur des négociations Lavrov-Fini - LEAD

    International
    URL courte
    0 0 0 0
    Rome, 7 février - RIA Novosti. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et le vice-président du Conseil, Gianfranco Fini, en charge des Affaires étrangères de l'Italie, ont discuté mardi à Rome de la situation autour du programme nucléaire iranien.

    "Le problème iranien préoccupe beaucoup tant nos gouvernements que nos peuples, a indiqué le chef de la diplomatie italienne, en intervenant au cours d'une conférence de presse à l'issue des négociations russo-italiennes. Nous avons jugé nécessaire de garantir par des moyens diplomatiques la certitude que Téhéran respectera le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP)".

    Et d'ajouter: "Téhéran doit comprendre que la communauté internationale ne peut pas se contenter des paroles sur l'intention de respecter ce traité, car ces paroles sont suivies de faits qui les contredisent".

    La communauté internationale se propose d'obtenir que Téhéran "prouve par des faits ses propres déclarations", a indiqué Gianfranco Fini.

    Les chefs des diplomaties russe et italienne ont aussi discuté de la situation au Proche-Orient. Les deux ministres ont constaté la nécessité de respecter l'expression de la volonté du peuple palestinien, car elle s'est effectuée conformément à toutes les normes, a indiqué Gianfranco Fini.

    Cependant, a-t-il continué, le HAMAS doit prendre des engagements supplémentaires, y compris celui de reconnaître l'Etat d'Israël.

    Répondant à la question de savoir si les relations russo-italiennes seront tout aussi étroites et amicales après les futures élections parlementaires prévues en Italie pour le mois d'avril prochain, le ministre italien des Affaires étrangères a dit: "Sans aucun doute, si nous y gagnons".

    De son côté, Sergueï Lavrov s'est dit sûr et certain que les relations bilatérales entre la Russie et l'Italie seraient toujours aussi bonnes qu'à présent.

    Lire aussi:

    «Rome n’est prête qu’à recevoir des gifles de la France et de l’UE»
    Plus de 50 représentants italiens attendus en Crimée
    Crise migratoire: pour l'Italie, «la situation a atteint la limite du supportable»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik