Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Une politique réfléchie de Moscou contribuera à un meilleur équilibre au Proche-Orient (Hamas)

    International
    URL courte
    0 0 0 0

    BEYROUTH, 10 février - Ioulia Troïtskaïa, RIA Novosti. Une politique réfléchie de Moscou peut contribuer à établir un meilleur équilibre politique au Proche-Orient, a indiqué dans une interview à RIA-Novosti vendredi le représentant du Hamas au Liban, Ossama Hamdan.

    "La politique de dialogue et de compromis que la Russie applique au Proche-Orient diffère avantageusement de la politique de pression, repoussée par beaucoup, qu'utilisent les Etats-Unis", a-t-il indiqué.

    Ossama Hamdan a qualifié de "très positive et utile pour le règlement des problèmes de toute la région" la proposition russe faite au Hamas de venir à Moscou pour des négociations. La délégation du Hamas, qui attend une invitation officielle de Moscou et s'apprête à examiner en détail avec des responsables russes l'éventuelle visite, sera probablement conduite par Khaled Machaal, leader du mouvement, d'après lui.

    L'opinion publique au Proche-Orient souhaite que la Russie revienne le plus vite possible dans la région en tant qu'acteur indépendant et influent, afin d'établir un équilibre des forces et créer un contrepoids à la politique unilatérale des Etats-Unis, a relevé le responsable du Hamas.

    "Nous avons entretenu des contacts avec la Russie auparavant, et elle connaît la position du Hamas et ses liens dans le monde islamique et arabe", a-t-il ajouté.

    Pour sa part, le mouvement répondra aux efforts déployés par la Russie ne tant que médiateur au Proche-Orient par le soutien de Moscou qui s'emploie à stabiliser la situation dans le Caucase du Nord, a souligné Ossama Hamdan.

    Lire aussi:

    La guerre va-t-elle reprendre entre Israël et la bande de Gaza?
    Pour l’UE, le Hamas est à nouveau une organisation terroriste
    La diplomatie russe donne une impulsion à la réconciliation palestinienne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik