Ecoutez Radio Sputnik
    International

    La Chine pourrait prendre part aux négociations russo-iraniennes (expert)

    International
    URL courte
    0 1 0 0
    MOSCOU, 14 février - RIA Novosti. La participation de représentants chinois aux négociations russo-iraniennes n'est pas exclue, estime le coordinateur du programme intitulé "Problèmes de la non prolifération des armes de destruction massive" au Centre Carnegie de Moscou Vladimir Evseev.

    Cette circonstance expliquerait selon lui le report de ces négociations qui devaient débuter le 16 février.

    Le ministère russe des Affaires étrangères (MID) a confirmé à RIA Novosti que Téhéran avait proposé de reporter ces négociations au 20 février et que cette nouvelle date est actuellement étudiée par Moscou.

    "En raison d'un cruel manque de temps, le statut de ces négociations pourrait être relevé", a indiqué l'expert, rappelant que le 6 mars le conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'Energie atomique examinerait le rapport du directeur général de l'AIEA, Mohammed ElBaradei, après quoi le dossier pourrait être transféré au Conseil de sécurité de l'ONU.

    Dans un premier temps, Téhéran s'apprêtait à envoyer à Moscou ses spécialistes techniques pour débattre de la proposition russe de créer en Russie une entreprise conjointe d'enrichissement d'uranium et de production de combustible enrichi pour les centrales nucléaires iraniennes, a noté Vladimir Evseev. L'idée de cette entreprise n'a pas été entièrement acceptée par l'Iran et la Russie a accepté la proposition de Téhéran d'inclure la Chine dans la création d'un consortium conjoint.

    "Si la Chine participe aux négociations avec l'Iran, des changements pourraient être apportés tant au rapport d'ElBaradei qu'aux positions russe et chinoise", a estimé l'expert. "Compte tenu du fait que la Russie et la Chine sont membres permanents du Conseil de sécurité, bien des choses dépendront de leurs avis", a-t-il ajouté.

    "Si la Russie et la Chine appuient l'Iran dans le compromis qui sera élaboré, le dossier iranien ne sera pas soumis au Conseil de sécurité avant que cette question ne soit concertée avec Moscou et Pékin", a souligné Vladimir Evseev.

    Pourtant, selon un porte-parole du MID russe contacté par RIA Novosti, la question de la participation de la Chine aux négociations avec l'Iran n'aurait pas encore été soulevée.

    Lire aussi:

    L’Iran pourra-t-il enrichir de l’uranium pour fabriquer une bombe atomique?
    L’Iran prêt à reprendre la production d’uranium enrichi dans un délai de 5 jours
    Les USA poussent Téhéran à renoncer à l'accord nucléaire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik