Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Transnistrie : 6938 ouvriers en congé forcé à cause du blocus économique

    International
    URL courte
    0 0 0
    TIRASPOL, 30 mars - Vladimir Sanduca, RIA Novosti. En Transnistrie 6938 ouvriers ont été mis en congé forcé à cause du blocus économique, a déclaré jeudi lors d'une réunion du conseil de coordination interministériel le ministre de l'Industrie de la république non reconnue, Anatoli Blascu.

    "6938 personnes ont été obligées de prendre un congé et il faudra leur verser 2,3 millions de roubles (près de 70 000 euros) à titre de salaire de mars", a annoncé à RIA Novosti le service de presse du président de la Transnistrie.

    Au début de mars, avant l'instauration par l'Ukraine de nouvelles règles douanières, les entreprises de la république non reconnue ont effectué des opérations d'exportation pour 864 000 dollars seulement et n'ont pas pu achever des livraisons pour 24 millions de dollars environ, selon le ministre de l'Industrie.

    "Nous aurions dû recevoir des matières premières pour avril à hauteur de 22 millions de dollars mais n'en avons obtenu que pour 13 millions", a-t-il précisé. Les entreprises peuvent profiter de ces livraisons incomplètes pour ne pas arrêter complètement la production, a ajouté Anatoli Blascu.

    Le président du syndicat du groupe Tirotex, de Tiraspol, a expliqué à RIA Novosti que 1300 des 6000 ouvriers de l'entreprise avaient été mis en congé forcé tandis que les autres ont une semaine de travail incomplète et que toute la production est mise en magasin. "L'entreprise perd des clients et subit des pertes considérables", a-t-il ajouté.

    Au 30 mars, les pertes globales subies par de la Transnistrie depuis le début du blocus économique se montaient à 61,905 millions de dollars, a annoncé à RIA Novosti un porte-parole du ministère de l'Economie de la république non reconnue.

    Lire aussi:

    «Monnaie d’échange»: Vychinski lie son arrestation à la présidentielle ukrainienne
    HRW appelle Kiev à fournir les preuves justifiant les accusations contre Vychinski
    50 jours après l’arrestation du journaliste Vychinski, Moscou exige sa libération
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik