Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Les troupes américaines et britanniques à la frontière entre l'Irak et l'Iran

    International
    URL courte
    Iran, puissance nucléaire (696)
    0 0 0

    Des avions et des hélicoptères de l'US Air Force survolent la frontière jour et nuit. Les postes frontières sont renforcés, les gardes-frontières irakiens sont remplacés par des militaires américains et britanniques.

    BEYROUTH, 25 avril - RIA Novosti. Les troupes américaines et britanniques accroissent leur présence à la frontière entre l'Irak et l'Iran.

    L'activité la plus intense des forces de la coalition depuis la fin (il y a trois ans) de la guerre en Irak est observée ces jours-ci dans les provinces méridionales de Maysan et de Basrah, annonce l'Agence d'information irakienne en se référant à des sources des forces de sécurité.

    Des avions et des hélicoptères de l'US Air Force survolent la frontière jour et nuit. Les postes frontières sont renforcés, les gardes-frontières irakiens sont remplacés par des militaires américains et britanniques.

    Dans les districts limitrophes de l'Iran, les forces américaines et britanniques ont désarmé les policiers irakiens, ce qui a suscité l'indignation du gouverneur de Basrah et du chef de la police de cette province qui l'ont interprété comme une violation de la souveraineté de l'Irak.

    Selon certains observateurs, ces mesures ont pour but d'exclure les "infiltrations" depuis l'Iran en cas d'accroissement de la tension entre Washington et Téhéran. D'autres y voient le rappel aux autorités iraniennes que les troupes américaines et britanniques se trouvent à côté.

    L'administration américaine accuse Téhéran de vouloir posséder des armes nucléaires.

    Dossier:
    Iran, puissance nucléaire (696)

    Lire aussi:

    Téhéran dissipe les rumeurs sur la fermeture de sa frontière avec le Kurdistan irakien
    Élections législatives en Irak, est-ce finalement l’Iran qui a gagné?
    L’armée syrienne approche du dernier bastion de Daech à la frontière avec l’Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik