Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Le retrait de Kiev et de Tbilissi de la CEI ne sera pas une catastrophe pour la Russie (député)

    International
    URL courte
    0 0 0

    Le retrait de l'Ukraine et de la Géorgie de la Communauté des Etats indépendants (CEI) ne sera pas une catastrophe pour la Russie, mais compliquera ses relations avec ces pays, a estimé devant les journalistes mercredi le député russe Constantin Kossatchev.

    MOSCOU, 10 mai - RIA Novosti. Le retrait de l'Ukraine et de la Géorgie de la Communauté des Etats indépendants (CEI) ne sera pas une catastrophe pour la Russie, mais compliquera ses relations avec ces pays, a estimé devant les journalistes mercredi le député russe Constantin Kossatchev.

    Le 2 mai dernier, le président géorgien, Mikhaïl Saakachvili, avait chargé le gouvernement de procéder à une expertise des raisons de l'appartenance de la Géorgie à la CEI et de présenter d'ici deux mois les arguments économiques concernant un éventuel retrait de la Géorgie de la Communauté.

    Pour sa part, l'Ukraine avait exprimé son mécontentement face au fonctionnement de la CEI. "L'Ukraine n'est pas satisfaite des activités de la CEI", avait déclaré aux journalistes le 5 mai le premier vice-ministre ukrainien des Affaires étrangères Vladimir Ogryzko.

    La Communauté ressemble à l'heure actuelle plutôt à un club dont les membres ne font aucun effort pour réaliser les ententes intervenues, avait ajouté le diplomate.

    Kiev verse tous les ans à la Communauté un million de dollars. Cette somme pourrait être consacrée aux besoins de l'Etat ukrainien, selon le responsable.

    A l'heure actuelle, l'Ukraine est en train d'analyser les avantages et les inconvénients de sa participation à la CEI, avait fait savoir Vladimir Ogryzko.

    Lire aussi:

    Les terroristes internationaux optent pour un «djihad autonome»
    Les finalistes et la gagnante du concours de beauté Miss CEI 2018
    Turquie, Balkans, Suisse: pays de transit des djihadistes de retour des zones de combat
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik