Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Des mesures d'urgence s'imposent pour arrêter l'effusion de sang au Proche-Orient (Erdogan)

    International
    URL courte
    0 10
    ANKARA, 18 juillet - RIA Novosti. Le premier ministre turc, Tayyip Erdogan, a exhorté mardi à Istanbul la communauté internationale à adopter des mesures d'urgence pour stabiliser la situation qui s'est aggravée en flèche au Proche-Orient.

    "Le principal est d'obtenir l'arrêt immédiat de l'effusion de sang. Sinon, une mer de sang débordera et engloutira, peut-être, l'humanité tout entière", a notamment déclaré le chef du gouvernement turc, intervenant lors d'une réunion du Conseil pour les rapports économiques extérieurs de la Turquie.

    "Il est temps que tous les acteurs régionaux, grands et petits, se ressaisissent enfin", a souligné Tayyip Erdogan.

    Ce disant, le premier ministre de la Turquie a indiqué que les officiels d'Ankara se trouvaient en contact permanent avec les leaders des principaux pays du monde et ce, afin d'éviter l'ultérieure escalade du conflit. Quoi qu'il en soit, a-t-il déploré, les grandes puissances mondiales ne font pas encore preuve d'initiative nécessaire pour mettre fin à la violence au Proche-Orient.

    "Malheureusement, les puissances mondiales ne font pas pour le moment preuve d'initiative nécessaire au Proche-Orient ou ne sont tout simplement pas capables de la manifester", a regretté le chef du gouvernement turc.

    "Nous (Turquie) intervenons pour la conjugaison de tous les efforts pour faire cesser le feu, entamer des négociations, parvenir à la concorde et respecter les normes universellement reconnues du droit international. Pour parvenir à cet objectif, nous estimons nécessaire de suivre toutes les initiatives, tant officielles qu'informelles", a signalé Tayyip Erdogan.

    Lire aussi:

    Erdogan défie l'Allemagne de rivaliser en modernité avec la Turquie
    Les USA devront expliquer à Ankara la bagarre en marge de la visite d’Erdogan
    Sur quoi se sont entendus les Présidents Poutine, Erdogan et Rohani à Ankara
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik