Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Chine: la génération de la révolution culturelle pourrait bientôt arriver au pouvoir (Interview Michel Bonnin)

    International
    URL courte
    0 3 0 0
    XIANGGANG (Hong-Kong), 8 août - RIA Novosti. La génération "perdue" de la révolution culturelle a encore des chances d'arriver au pouvoir en Chine, estime Michel Bonnin, éminent expert français, ancien directeur du Centre d'études français sur la Chine contemporaine.

    Selon une étude réalisée par M. Bonnin, ces trois dernières années, les représentants de cette génération ont atteint des postes dirigeants dans de nombreuses grandes provinces et villes de la RPC.

    Le spécialiste considère comme faisant partie de la génération de la révolution culturelle tous les citadins nés entre 1947 et 1960 qui étaient devenus "gardes rouges" au cours des trois premières années de "révolution" et avaient été envoyés à la campagne, lorsque Mao décida qu'ils s'étaient acquittés de leur tâche.

    Certains ont travaillé à la campagne pendant plus de dix ans. Un grand nombre d'entre eux n'ont pu revenir dans les villes.

    Michel Bonnin estime que, si la génération de la révolution culturelle réussit à arriver au pouvoir, elle pourra accélérer le processus des réformes politiques en Chine.

    La "génération perdue" n'a pas beaucoup de temps pour mettre en oeuvre ses ambitions sur le pouvoir, elle est talonnée par la nouvelle "génération des réformes" qui s'est formée au début des années 80, pendant l'édification du socialisme aux caractéristiques chinoises.

    On estime que le changement de pouvoir en Chine aura lieu au début de la prochaine décennie, lorsque le président actuel de la RPC Hu Jintao et la plupart des dirigeants du même âge prendront leur retraite.

    Lire aussi:

    Tous le même sang? 83% des Russes auraient des liens familiaux
    La Russie n’exportera ni son char Armata ni le système S-500
    Course présidentielle française: le «génocide» des élites politiques?
    Les robots, devenus les journalistes de demain, écriront-ils des fake news?
    Les jeunes Russes plus optimistes que leurs homologues occidentaux
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik