Ecoutez Radio Sputnik
    International

    L'Iran insiste sur l'examen de son "dossier nucléaire" dans le cadre de l'AIEA

    International
    URL courte
    0 0 0 0

    L'Iran insiste pour que son "dossier nucléaire" soit examiné par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et non pas au Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies, a déclaré lundi le ministre iranien des Affaires étrangères, Manoucher Mottaki.

    TEHERAN, 5 mars - RIA Novosti. L'Iran insiste pour que son "dossier nucléaire" soit examiné par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et non pas au Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies, a déclaré lundi le ministre iranien des Affaires étrangères, Manoucher Mottaki.

    "Le "dossier nucléaire" de la République islamique doit être examiné dans le cadre des normes juridiques de l'AIEA", a-t-il dit en substance.

    Le chef de la diplomatie iranienne a exhorté le Conseil des gouverneurs de l'AIEA à soutenir la proposition de Téhéran pour que le "dossier nucléaire" de l'Iran du Conseil de sécurité de l'ONU soit de nouveau confié à l'AIEA.

    Manoucher Mottaki a de nouveau signalé la nécessité de régler le problème nucléaire iranien par la voie des négociations. "Via des négociations constructives associant toutes les parties, nous pourrons parvenir à un accord", a estimé le ministre iranien des Affaires étrangères.

    La session du Conseil des gouverneurs de l'AIEA a entamé ses travaux lundi au Centre international de Vienne (CIV). Comme le veut la tradition, cette session qui se déroule à huis clos va durer cinq jours. La situation autour du programme nucléaire iranien sera l'un des thèmes principaux de la discussion.

    Le directeur général de l'AIEA Mohamed El-Baradeï a soumis le 23 février dernier au Conseil de sécurité de l'ONU un rapport sur l'application par l'Iran des dispositions de la résolution 1737.

    Dans ce document, Mohamed El-Baradeï fait savoir que Téhéran ne fait pas que poursuivre la recherche en matière d'enrichissement d'uranium, mais essaie même d'élargir les capacités du complexe souterrain de Natanz où se trouvent installées des cascades de centrifugeuses à gaz pour l'enrichissement d'uranium et poursuit la réalisation du projet de construction d'un réacteur à eau lourde à Arak.

    A l'heure actuelle, à la lumière du rapport présenté par l'Agence internationale de l'énergie atomique sur le programme nucléaire iranien, les représentants des Six ont décidé d'engager la mise au point d'une nouvelle résolution sur l'Iran. Les parties ont aussi convenu de poursuivre leurs tentatives en vue d'un règlement négocié avec Téhéran.

    Les Six sont les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies (la Russie, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne et la Chine plus l'Allemagne - ndlr.)

    Lire aussi:

    La Russie est opposée à l'implication de l'AIEA dans le processus de désarmement nucléaire
    Chef de la diplomatie iranienne: les USA ne respectent pas l’accord sur le nucléaire
    Les USA vont-ils rompre l'accord nucléaire avec l'Iran?
    Accord nucléaire: où passe la ligne rouge pour l’Iran?
    Chef de l’AIEA: la Russie est un participant actif au progrès de l’énergie atomique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik