Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Téhéran menace de dénoncer le Traité de non-prolifération nucléaire

    International
    URL courte
    0 0 0 0

    L'Iran reverra sa participation au Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) s'il est soumis à de "nouvelles pressions" sur son programme nucléaire, a dit lundi à la presse Ali Larijani, secrétaire du Conseil suprême iranien de la sécurité nationale.

    MOSCOU, 9 avril - RIA Novosti. L'Iran reverra sa participation au Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) s'il est soumis à de "nouvelles pressions" sur son programme nucléaire, a dit lundi à la presse Ali Larijani, secrétaire du Conseil suprême iranien de la sécurité nationale.

    M. Larijani a fait cette déclaration depuis l'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz (centre).

    "Si l'Occident exerce de nouvelles pressions sur l'Iran à cause de son programme nucléaire pacifique, nous n'aurons tout simplement pas d'autre choix que de reconsidérer notre appartenance au Traité de non-prolifération nucléaire", a indiqué le secrétaire du Conseil suprême iranien de la sécurité nationale dont les propos sont cités par l'agence Reuters.

    Le Traité de non-prolifération nucléaire est entré en vigueur le 5 mars 1970. Le TNP est illimité. 187 pays l'ont ratifié vers 2003. L'Iran l'a signé le 2 février 1970.

    L'Iran a annoncé lundi avoir entamé la production industrielle de combustible nucléaire.

    Selon M. Larijani, le nombre des centrifugeuses à l'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz est d'ores et déjà porté à 3.000.

    Quoi qu'il en soit, on a appris antérieurement que seulement deux cascades de 164 centrifugeuses chacune fonctionnaient à l'usine de Natanz.

    Le développement du programme nucléaire de la République islamique d'Iran préoccupe très sérieusement l'opinion mondiale qui craint que Téhéran n'utilise ce programme à des fins militaires.

    Le 24 mars dernier, le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies a adopté à l'unanimité sa résolution 1747 qui durcit les sanctions déjà en vigueur à l'encontre de l'Iran pour son refus de suspendre les travaux d'enrichissement d'uranium.

    Lire aussi:

    L’Iran prêt à reprendre la production d’uranium enrichi dans un délai de 5 jours
    L’Iran pourra-t-il enrichir de l’uranium pour fabriquer une bombe atomique?
    Nucléaire iranien: «Nos partenaires ont plus à perdre que nous», selon Téhéran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik