Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Enrichissement à l'échelle industrielle en Iran: Moscou s'en remet à l'avis de l'AIEA (MID)

    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2014) (1478)
    0 1 0 0

    Moscou attend l'avis de l'AIEA sur la déclaration du président iranien à propos du lancement par l'Iran de la production de combustible nucléaire à l'échelle industrielle, a fait savoir le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères (MID) Mikhaïl Kamynine.

    MOSCOU, 10 avril - RIA Novosti. Moscou attend l'avis de l'AIEA sur la déclaration du président iranien à propos du lancement par l'Iran de la production de combustible nucléaire à l'échelle industrielle, a fait savoir le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères (MID) Mikhaïl Kamynine.

    "Naturellement, nous prenons au sérieux la déclaration selon laquelle l'Iran aborde la mise en service de capacités industrielles d'enrichissement de l'uranium", a-t-il déclaré.

    Selon lui, la Russie "n'est pas au courant des récentes percées technologiques dans le programme nucléaire de l'Iran qui pourraient changer le caractère des travaux effectués dans ce pays dans le domaine de l'enrichissement".

    "Quoi qu'il en soit, nous avons demandé des éclaircissements à l'AIEA et attendons l'avis de l'agence qui garantit le contrôle de l'activité liée aux programmes nucléaires de l'Iran", a poursuivi le diplomate.

    Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a annoncé lundi que l'Iran passait du stade scientifique d'enrichissement de l'uranium à la production industrielle de combustible nucléaire. De plus, il n'a pas exclu le retrait de son pays du Traité de non-prolifération des armes nucléaires.

    "Les menaces du retrait de l'Iran du Traité de non-prolifération des armes nucléaires suscitent évidemment une inquiétude particulière", a souligné Mikhaïl Kamynine.

    D'autre part, a-t-il ajouté, en règle générale la presse et les commentaires sur les déclarations de Mahmoud Ahmadinejad et le programme nucléaire iranien dans son ensemble débordent d'émotions excessives et de suppositions qui ne sont pas toujours confirmées.

    "Nous estimons toujours que nos collègues iraniens doivent régler tous les problèmes en coopération avec l'AIEA et par la voie des négociations auxquelles se tiennent prêts les ministres des Affaires étrangères des Six, dont la Russie, ce qui a été confirmé dans leur déclaration du 24 mars dernier", a relevé Mikhaïl Kamynine.

    "Nous y voyons la seule voie raisonnable et efficace de règlement du problème nucléaire iranien. La Russie est prête à y contribuer", a souligné le diplomate.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2014) (1478)

    Lire aussi:

    L’Iran pourra-t-il enrichir de l’uranium pour fabriquer une bombe atomique?
    L’Iran prêt à reprendre la production d’uranium enrichi dans un délai de 5 jours
    Nucléaire iranien: «Nos partenaires ont plus à perdre que nous», selon Téhéran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik