Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Conflits dans l'espace postsoviétique: rôle de l'ONU vu par des républiques autoproclamées

    International
    URL courte
    0 0 0 0
    SOUKHOUMI, 10 avril - RIA Novosti. Les ministres des Affaires étrangères de l'Abkhazie, de l'Ossétie du Sud et de la Transnistrie, pays formant la Communauté "Pour la démocratie et les droits des peuples", se sont rencontrés à Soukhoumi, rapporte mardi le correspondant de RIA Novosti sur place.

    (L'Abkhazie et l'Ossétie du Sud sont des républiques autoproclamées sur le territoire de la Géorgie; la Transnistrie est une république autoproclamée sur le territoire de la Moldavie - ndlr.)

    Cette rencontre ministérielle est organisée à l'occasion de la future réunion du Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies qui aura lieu le 13 avril prochain et portera sur le conflit abkhazo-géorgien, a indiqué le chef de la diplomatie abkhaze Sergueï Chamba.

    Selon le diplomate, lors de cette rencontre à Soukhoumi, il s'agit, entre autres, de l'utilité d'un processus de paix sous l'égide de l'ONU qui n'est pas, selon les ministres des Affaires étrangères des républiques autoproclamées, "une partie équidistante ni objective".

    Sergueï Chamba estime notamment que l'ONU ignore tout bonnement le droit des peuples à l'autodétermination, tout en manifestant son appui à l'une des parties au conflit.

    "Depuis ces quatorze dernières années, le Conseil de sécurité de l'ONU n'a pas daigné nous écouter même une seule fois, alors que la Géorgie y est écoutée en permanence. Les représentants de la Géorgie peuvent y participer à des consultations, alors que les représentants de l'Abkhazie n'y sont toujours pas admis et ce, malgré nos maintes requêtes", a souligné le ministre abkhaz des Affaires étrangères.

    Et de faire remarquer: certains membres du Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies qui s'opposent catégoriquement à la participation de l'Abkhazie à la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU exigent dans le même temps que le représentant du Kosovo y intervienne et expose sa position. "Une telle politique "de deux poids, deux mesures" est plus que révoltante", a noté Sergueï Chamba.

    D'après le diplomate, la Transnistrie et l'Ossétie du Sud ont, elles aussi, des griefs similaires sur ce point.

    Lire aussi:

    L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie rendent hommage aux victimes de l'agression géorgienne
    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    L'Otan propose à Moscou de ne plus reconnaître l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik