Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Afghanistan: une intervention armée a été prévue pour libérer Mastrogiacomo (chef de la diplomatie italienne)

    International
    URL courte
    0 2 0 0
    ROME, 12 avril - RIA Novosti. La possibilité d'intervention armée a été étudiée pour libérer le journaliste italien Daniele Mastrogiacomo, son chauffeur et son interprète capturés par des talibans, a déclaré jeudi le ministre italien des Affaires étrangères Massimo D'Alema.

    "Cependant, le gouvernement a renoncé à cette idée et essayé la voie de négociations pour sauver la vie des otages", a-t-il fait savoir avant de préciser que le recours à la force n'était prévu qu'en cas d'échec des négociations.

    Selon le ministre, l'interprète du journaliste italien, Adjmal Naqshbandi, avait été également libéré, mais plus tard s'était à nouveau retrouvé entre les mais des talibans.

    "L'histoire de l'interprète est très embrouillée. Sa libération était une condition sine qua non", a ajouté M. D'Alema.

    En ce moment très grave, "l'Italie doit être unie" et non pas "divisée par une polémique et des protestations", a-t-il souligné en pensant à l'opposition qui avait profité de "l'affaire de Mastrogiacomo" pour faire pression sur le bloc de centre-gauche actuellement au pouvoir.

    Les talibans avaient capturé le journaliste italien et ses deux compagnons afghans (le chauffeur et l'interprète) le 4 mars dernier. Accusé d'espionnage, le chauffeur avait été exécuté peu après. Quant au journaliste et à son interprète, les talibans avaient décidé de les échanger. Ils avaient d'abord exigé le retrait des troupes italiennes de l'Afghanistan et la cessation des bombardements pratiqués par l'OTAN, mais ensuite avaient réclamé la libération de cinq talibans détenus dans une prison afghane. Cette dernière exigence étant satisfaite, le journaliste avait regagné Rome le 20 mars dernier.

    L'interprète n'avait pas été relâché. Ses ravisseurs avaient réclamé la libération de deux autres talibans. Cette exigence rejetée, l'interprète avait été exécuté.

    L'affaire de Mastrogiacomo a provoqué de vifs débats en Italie. Dirigées par l'opposition, les fractions de la chambre basse du parlement italien ont invité le gouvernement à intervenir jeudi devant les députés et à expliquer la tactique utilisée pour la libération du journaliste.

    Lire aussi:

    «Les talibans voulaient capituler, mais les États-Unis ont refusé net»
    Les Talibans feront-ils de l’Afghanistan un «cimetière de militaires US»?
    Pourquoi la nouvelle stratégie US concernant les Talibans préoccupe tellement Moscou?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik