Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Par ses récentes déclarations, Berezovski risque son statut de réfugié politique (expert russe)

    International
    URL courte
    0 0 0 0

    Boris Berezovski risque son statut de réfugié politique en Grande-Bretagne après son appel dans le quotidien britannique The Guardian au renversement violent du pouvoir en Russie, estime Alexeï Gromyko, directeur du Centre d'études britanniques de l'Institut de l'Europe de l'Académie des sciences de Russie.

    MOSCOU, 13 avril - RIA Novosti. Boris Berezovski risque son statut de réfugié politique en Grande-Bretagne après son appel dans le quotidien britannique The Guardian au renversement violent du pouvoir en Russie, estime Alexeï Gromyko, directeur du Centre d'études britanniques de l'Institut de l'Europe de l'Académie des sciences de Russie.

    "Malgré le soutien dont il bénéficie en Grande-Bretagne, la question de la procédure d'extradition peut être posée et Berezovski sera alors contraint de quitter (le pays)", a déclaré vendredi M. Gromyko dans une interview à RIA Novosti.

    "Le risque s'est accru pour l'oligarque fugitif", a-t-il avancé.

    D'après Alexeï Gromyko, selon la variante la plus probable, l'entrepreneur pourrait bénéficier, après la perte de son statut de réfugié, d'une autorisation de déménager dans un pays tiers.

    Mais l'expert n'exclut pas une autre variante: une décision en faveur du bien-fondé des accusations avancées par la Russie contre Boris Berezovski pourrait être prise "au niveau non seulement judiciaire, mais aussi politique", après quoi on pourra parler du début de la procédure d'extradition.

    Il a rappelé qu'à la suite de la précédente déclaration analogue de Boris Berezovski (interview accordée à la radio Echo de Moscou en janvier 2006), Londres lui avait suggéré qu'un comportement aussi provoquant était indésirable.

    "Les autorités britanniques lui ont déjà laissé entendre qu'il ne pouvait pas abuser de son statut de réfugié politique", a expliqué l'expert.

    Selon Alexeï Gromyko, Boris Berezovski comprend certainement que ses appels aggraveront les rapports entre Moscou et Londres. Mais il est difficile de savoir ce qu'attend l'homme d'affaires de ces déclarations, la Grande-Bretagne n'ayant aucun intérêt à une telle aggravation, les relations russo-britanniques étant déjà suffisamment compliquées, a conclu le spécialiste.

    Lire aussi:

    Le Brexit vu par les pays européens
    «Nous réussirons un formidable Brexit»: Boris Johnson dément vouloir démissionner
    Londres ne veut pas d'une nouvelle guerre froide
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik