Ecoutez Radio Sputnik
    International

    La Russie, alliée secrète de l'Amérique (Kommersant)

    International
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 17 avril - RIA Novosti. Le fait que l'Amérique tente de donner des leçons aux autres n'a rien de nouveau. Le fait que personne n'aime l'Amérique, non plus. La télévision russe montre plus souvent les manifestations antiaméricaines qui se déroulent dans le monde entier que n'importe quelles autres actions de protestation. L'Amérique ne jouit pas d'affection même dans les pays qu'on accuse en Russie de trop aimer les Etats-Unis. L'antiaméricanisme prospère même dans les républiques "orange" de l'ex-URSS. Mais l'Amérique a un allié secret qui ne la laisse pas seule face au monde entier.

    Les Européens vénéraient les valeurs américaines lorsqu'ils craignaient l'URSS. Cette crainte a disparu après l'écroulement de l'Union soviétique. Le président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe René van der Linden a carrément déclaré lundi que, si quelqu'un pouvait parler de droits de l'homme, ce n'était certainement pas les Etats-Unis. Les Européens de l'Ouest accueillent froidement presque toutes les initiatives américaines: que ce soit la guerre en Irak, l'adhésion de la Turquie à l'UE ou le déploiement de la défense antimissile.

    On se souvient que l'Europe occidentale a réagi avec méfiance aux révolutions "orange" dans la CEI (Communauté des Etats indépendants). En novembre 2005, Viktor Iouchtchenko et son équipe ont bénéficié du soutien du président polonais Aleksander Kwasnievski, puis de celui des Etats-Unis. L'Europe, elle, a gardé le silence. Il n'y a pas longtemps, un diplomate européen haut placé a affirmé au correspondant du quotidien Kommersant que la Russie était si importante pour l'UE que l'Europe était prête à fermer les yeux sur les pays de la CEI et que les processus démocratiques "orange", quels qu'ils soient, n'intéressaient nullement les Européens.

    Bref, le monde est sur le point de réprouver unanimement l'Amérique. Les actes irrationnels de Washington suscitent partout l'irritation. Mais, quoi qu'il en soit, l'Amérique a un allié secret qui ne la laisse pas seule, un allié dont la politique n'inspire pas moins de crainte à ses amis et voisins que n'en inspire un Washington importun. Et s'il n'avait pas cette attitude agressive disproportionnée à l'égard de ses proches voisins, l'Amérique aurait mérité depuis longtemps la réputation de principal scélérat. Cet ami fidèle secret des Etats-Unis est, bien entendu, la Russie.

    Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

    Lire aussi:

    Federica Mogherini exhorte les USA à rester loin de la politique de l’UE
    La Havane ironise: «Trump n'a plus qu'à nous accuser du réchauffement climatique»
    Juncker: «l'Amérique en première» ne signifie que l'Europe doit passer en dernier
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik