Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Primakov s'en prend à l'unilatéralisme américain

    International
    URL courte
    0 2 0 0

    L'ex-premier ministre russe Evgueni Primakov a critiqué jeudi l'administration américaine en lui reprochant de pointer du doigt, de manière unilatérale, des pays supposés menacer la paix dans le monde.

    ALMATY, 19 avril - RIA Novosti. L'ex-premier ministre russe Evgueni Primakov a critiqué jeudi l'administration américaine en lui reprochant de pointer du doigt, de manière unilatérale, des pays supposés menacer la paix dans le monde.

    "Même le pays le plus puissant du monde, je veux dire les Etats-Unis, ne peut définir unilatéralement la menace que représente tel ou tel pays", a-t-il déclaré lors du 6e Forum médiatique eurasien, à Almaty.

    "Les Etats-Unis ont lancé une opération contre l'Irak en pensant que ce dernier abritait des armes nucléaires, ce qui s'est révélé faux", a rappelé M. Primakov, spécialiste connu du Moyen-Orient, qui préside actuellement la Chambre de commerce et d'industrie de Russie.

    "Les Etats-Unis ont agi en croyant qu'ils avaient eux-mêmes le droit de recourir à la force. Cette politique s'est révélée inefficace", a constaté l'ancien premier ministre.

    "A présent, ce qui se passe en Irak est une tragédie, l'Irak est au bord d'un démembrement territorial et connaît une guerre civile. On peut parler d'erreurs colossales des Etats-Unis en Irak", a souligné M. Primakov.

    "Ils (les Américains) ont dissous le parti au pouvoir qui comptait deux millions d'adhérents, alors qu'ils auraient pu en sélectionner une partie et miser sur elle en lançant la stabilisation. Enfin, l'actuel gouvernement irakien qui ne reflète pas toute la finesse du paysage ethnique irakien démontre son inefficacité", a estimé l'ancien chef du gouvernement russe.

    "Les Etats-Unis ne devraient pas retirer immédiatement leurs troupes (d'Irak). Il faut d'abord renforcer le cabinet irakien et amorcer des pourparlers avec l'Iran et la Syrie autour de la situation en Irak", a résumé M. Primakov.

    Lire aussi:

    L’Otan «incapable» de répondre à la montée du terrorisme
    Bagdad n’entend pas s’ingérer dans les affaires intérieures de ses voisins
    Les Irakiens sont contre toute base militaire étrangère, y compris US, dans leur pays
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik