Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Le Traité de non-prolifération fondé sur l'inégalité (Nazarbaïev)

    International
    URL courte
    0 1 0 0
    ALMATY, 19 avril - RIA Novosti. L'inégalité sur laquelle est fondé le Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP) incite les puissances nucléaires à ne pas respecter leurs engagements concernant le désarmement, a déclaré jeudi le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev au 6e Forum médiatique eurasien tenu à Almaty.

    "Un cercle étroit d'Etats possédant l'arme nucléaire interprètent le traité comme un accord asymétrique qui n'implique des engagements particuliers et garantis par des sanctions que pour les pays non-nucléaires", a-t-il souligné.

    Quant aux puissances nucléaires, elles s'engagent à mener des pourparlers sur le désarmement tout en finançant activement la recherche et la modernisation de l'arme nucléaire, estime le chef de l'Etat kazakh.

    Selon lui, ces conditions inégales nourrissent des pulsions destructrices et une attitude négative à l'égard du traité de non prolifération dans certaines régions du monde. "Le pire est que cela donne des arguments aux pays qui cherchent à posséder une arme de destruction massive", a fait remarquer Noursoultan Nazarbaïev.

    La crise des approches sélectives dans la politique internationale et l'absence de progrès dans le processus de désarmement dans le monde confirment l'inefficacité du TNP, a estimé le président kazakh.

    "En tant que leader d'un pays qui a refusé de son propre gré d'avoir un puissant arsenal nucléaire, j'ai un droit moral de déclarer que les approches des problèmes de non-prolifération doivent être minutieusement revues", a-t-il souligné.

    Le Kazakhstan a adhéré au Traité de non-prolifération en 1994.

    "Nous espérons que l'Iran, voisin et ami du Kazakhstan, sera à même de convaincre la communauté mondiale que ses recherches concernent uniquement le nucléaire civil. Je suis certain que les peuples de notre région et du monde entier n'attendent que cela", a conclu le président kazakh.

    Lire aussi:

    Washington met en garde Kiev contre des tentatives de restaurer son programme nucléaire
    Qui déclenchera l'Armaguédon nucléaire ?
    La Russie appelle Pyongyang à renoncer à son programme nucléaire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik