Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Le Groupe de contact pour le Kosovo se réunit vendredi à Moscou

    International
    URL courte
    Statut du Kosovo (2007) (365)
    0 2 0 0

    Le Groupe de contact pour le Kosovo (Russie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne, France et Italie) se réunira vendredi à huis clos à Moscou.

    MOSCOU, 20 avril - RIA Novosti. Le Groupe de contact pour le Kosovo (Russie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne, France et Italie) se réunira vendredi à huis clos à Moscou.

    L'ordre du jour de la réunion comporte des questions ayant trait à la normalisation de la situation au Kosovo à la lumière de la prochaine venue à Belgrade et à Pristina - probablement la semaine prochaine - d'une mission du Conseil de sécurité de l'ONU.

    "La Russie espère que les pays représentés dans le Groupe de contact auront une approche constructive de notre position", a déclaré une source au sein du ministère russe des Affaires étrangères.

    Cette position de la Russie sur le règlement au Kosovo a été exposée une nouvelle fois jeudi à Belgrade par le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, à l'issue de ses pourparlers avec le président serbe, Boris Tadic. Moscou est opposé à la prise d'une décision unilatérale sur le Kosovo et préconise la poursuite des négociations, a déclaré Sergueï Lavrov.

    De leur côté, les Etats-Unis et certains pays membres de l'Union européenne appuient le plan de règlement du conflit au Kosovo élaboré par l'ex-président finlandais, Martti Ahtisaari, prévoyant l'octroi au Kosovo d'une indépendance pratique.

    En vertu de ce plan le Kosovo obtiendrait le statut d'un Etat placé sous surveillance internationale, avec ses symboles, sa constitution et son armée. Les Serbes vivant au Kosovo jouiraient du droit à l'autodétermination locale et de la garanti du maintien de leurs valeurs culturelles.

    Parmi les pays européens à s'opposer au plan Ahtisaari on trouve l'Espagne, la Grèce et la Slovaquie. Lors de son examen au Conseil de sécurité il n'avait bénéficié du soutien inconditionnel que de quatre de ses quinze membres. Par la suite le conseil a décidé d'envoyer à Belgrade et à Pristina une mission spéciale chargée de faire le point sur la situation au Kosovo.

    Dossier:
    Statut du Kosovo (2007) (365)

    Lire aussi:

    L’idée de la création d’une armée au Kosovo affole l’Otan
    La création d’une armée au Kosovo, une «nouvelle provocation»
    «La division du Kosovo provoquera une réaction en chaîne»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik