Ecoutez Radio Sputnik
    International

    France: la promesse de faire régner l'ordre a assuré à Sarkozy la première place au premier tour (sénateur russe)

    International
    URL courte
    Présidentielle française (21)
    0 101

    La première place occupée par Nicolas Sarkozy à la présidentielle en France s'explique par sa promesse électorale de garantir l'ordre, estime Mikhaïl Marguelov, président du Comité des affaires internationales du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe).

    MOSCOU, 23 avril - RIA Novosti. La première place occupée par Nicolas Sarkozy à la présidentielle en France s'explique par sa promesse électorale de garantir l'ordre, estime Mikhaïl Marguelov, président du Comité des affaires internationales du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe).

    "La première place occupée par Nicolas Sarkozy au premier tour d'élection s'explique, pour beaucoup, par sa promesse de garantir l'ordre", a-t-il déclaré lundi à RIA Novosti.

    Faisant remarquer que l'élection en France se déroule d'après un scénario prévisible et conservateur, selon lequel deux favoris choisis participent au second tour, le sénateur russe a mis l'accent sur le fort taux de participation, "atypique" pour l'Europe.

    "Ce qui frappe, c'est la participation atypique pour l'Europe. Une telle politisation de la population s'explique probablement par la violence de la jeunesse en France, les protestations sociales et la confrontation religieuse et ethnique", a souligné" Mikhaïl Marguelov.

    A son avis, tout cela a contraint les électeurs français à rechercher une issue à la situation qui s'est créée.

    "L'issue principale, la plus typique pour un pays démocratique, est d'exprimer par le biais des urnes son attitude face aux événements", estime Mikhaïl Marguelov.

    Dossier:
    Présidentielle française (21)

    Lire aussi:

    Sarkozy dans le rôle de conseiller de Macron: le calendrier du Président n’attend pas
    Nicolas Sarkozy appelle les Français à voter Fillon le 23 avril
    Les Français ont plutôt voté contre un Frexit que pour Macron
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik