Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Missiles intercepteurs US en Pologne: le Congrès refuse le financement

    International
    URL courte
    Bouclier antimissile américain en Europe (577)
    0 01

    La commission aux forces armées de la Chambre des représentants du Congrès américain a approuvé jeudi le budget militaire 2008 en supprimant les dépenses nécessaires à l'installation de missiles intercepteurs en Pologne.

    WASHINGTON, 10 mai - RIA Novosti. La commission aux forces armées de la Chambre des représentants du Congrès américain a approuvé jeudi le budget militaire 2008 en supprimant les dépenses nécessaires à l'installation de missiles intercepteurs en Pologne.

    Elle a également réduit de 764 millions de dollars le montant général des dépenses de défense antimissile demandé pour 2008 par la Missile Defense Agency.

    Le budget militaire 2008 a été approuvé à l'unanimité par tous les 58 membres de la commission aux forces armées après plus de 15 heures de délibérations qui se sont terminées à 04h07 GMT.

    Sur les 310 millions de dollars requis par le président George W. Bush pour le déploiement de deux sites de défense antimissile en Europe, la commission a supprimé les 160 millions nécessaires à l'installation de dix missiles intercepteurs sur le territoire polonais.

    En janvier dernier, les Etats-Unis avaient demandé à la République tchèque et à la Pologne d'accueillir sur leur sol des éléments du bouclier antimissile américain pour parer à d'éventuelles attaques venant d'Iran ou de Corée du Nord. Moscou qui se sent menacé a exprimé à plusieurs reprises son hostilité au projet malgré les assurances américaines.

    Dossier:
    Bouclier antimissile américain en Europe (577)

    Lire aussi:

    Au seuil de la guerre: 44 intercepteurs de missiles installés en Alaska
    État-major russe: la Russie doit se préparer à une frappe nucléaire US
    Un général explique qui visent les intercepteurs de missiles installés en Alaska
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik