Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Une nouvelle course aux armements rejettera le monde 20 à 30 ans en arrière (politique tchèque)

    International
    URL courte
    0 1 0 0
    MOSCOU, 20 juin - RIA Novosti. Une nouvelle course aux armements qui pourrait être provoquée par le déploiement sur le territoire tchèque d'éléments de l'ABM américain rejettera le monde 20 à 30 ans en arrière, a déclaré le président du Parti humaniste tchèque et leader du mouvement Non aux bases militaires, Jan Tamas.

    "L'un des principaux arguments contre la nouvelle spirale de la course aux armements est que cela rejettera le monde 20 à 30 ans en arrière, à l'époque de la guerre froide, voilà pourquoi nous comprenons la position de la Russie", a indiqué l'homme politique tchèque lors d'une conférence de presse à Moscou.

    Un nouveau mouvement européen est en train de naître et ses participants se rendent compte du fait qu'avec l'apparition de nouvelles bases militaires l'Europe ne gagnera pas en sécurité, a-t-il noté.

    "Je pense que les Russes doivent prendre part à ce mouvement car la Russie est une partie de l'Europe", a estimé le leader du mouvement qui s'oppose à l'apparition de bases américaines.

    Les Etats-Unis étudient la possibilité de déployer certains éléments de leur système de défense antimissile (ABM) en Pologne et République tchèque. Le coût de leur installation au cours des cinq prochaines années est estimé à 1,6 milliard de dollars.

    Les Etats-Unis affirment créer ce système pour se prémunir contre la menace d'une attaque balistique de la part des Etats dits de l'axe du Mal, parmi lesquels Washington classe la Corée du Nord et l'Iran.

    A plusieurs reprises, la Russie a exprimé sa préoccupation face aux projets américains. Moscou ne cache pas son attitude négative envers les intentions de Washington, estimant que la création d'une base ABM américaine en Europe ne saurait être considérée autrement que comme une reconfiguration substantielle de la présence militaire des Etats-Unis en Europe.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik