Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Kurdistan: 35 séparatistes tués près de la frontière irakienne (journaux)

    International
    URL courte
    Opération turque contre le PKK (22)
    0 0 0

    35 séparatistes ont été tués près de la frontière irakienne par l'armée turque, qui poursuit son opération de grande envergure contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a fait savoir mercredi le journal local Sabah se référant à des sources au sein de l'armée.

    ANKARA, 31 octobre - RIA Novosti. 35 séparatistes ont été tués près de la frontière irakienne par l'armée turque, qui poursuit son opération de grande envergure contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a fait savoir mercredi le journal local Sabah se référant à des sources au sein de l'armée.

    "Après avoir découvert le 28 octobre au soir la présence d'un groupe d'environ 50 terroristes dans la zone frontalière, une opération soutenue par quatre hélicoptères Cobra a été menée, au terme de laquelle 35 combattants ont été tués", indique le quotidien.

    Les informations avancées par le journal Sabah n'ont pas été confirmées pour le moment de source officielle.

    Une opération contre le PKK impliquant l'aviation, des hélicoptères et l'artillerie se poursuit également dans la province de Sirnak, où 100 séparatistes se seraient réfugiés dans la montagne Cudi, rapportent les médias locaux.

    150.000 soldats turcs sont déployés le long de la frontière avec l'Irak et seraient prêts, selon les médias, à entamer l'opération transfrontalière dans le Nord de l'Irak destinée à déloger les séparatistes.

    Le parlement turc a autorisé mi-octobre le gouvernement à lancer une opération militaire contre les rebelles du PKK dans le nord de l'Irak où seraient regroupés, selon les données des militaires turcs, quelque 3.500 séparatistes.

    Selon les dirigeants turcs, l'opération pourrait être lancée à tout moment. Les observateurs estiment qu'Ankara prendra une décision définitive concernant une éventuelle intervention sur le territoire irakien après la visite du premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan à Washington, où il s'entretiendra avec le président américain George W. Bush le 5 novembre.

    Cette visite sera précédée le 2 novembre par la venue à Ankara de la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice, qui examinera avec les dirigeants turcs la question de la lutte contre le terrorisme et participera à la rencontre à Istanbul des chefs de la diplomatie des pays voisins de l'Irak et des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies.

    Le président irakien (de nationalité kurde) Jalal Talabani pourrait également participer à cette rencontre. Celui-ci a, dans une interview accordée au quotidien turc Milliyet publiée mercredi, appelé le PKK à déposer les armes et à cesser sa résistance armée contre la Turquie.

    "Le PKK porte atteinte aussi bien aux Turcs qu'aux Kurdes. J'estime que ses activités constituent une trahison à la cause kurde", a affirmé M. Talabani.

    Les autorités irakiennes ont à plusieurs reprises appelé la Turquie à résoudre le problème kurde de manière pacifique et affirmé que toute incursion dans le nord de l'Irak serait considérée comme une agression.

    Dossier:
    Opération turque contre le PKK (22)

    Lire aussi:

    L’armée turque enregistre des pertes au nord de l’Irak
    La Turquie frappe des Kurdes en Syrie et en Irak sans coordination avec la coalition US
    70 morts dans les frappes de l'armée turque sur les positions du PKK en Irak et en Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik