Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Nucléaire: l'Iran a fabriqué des tablettes de combustible pour son réacteur à eau lourde à Arak

    International
    URL courte
    0 10

    L'Iran a fabriqué des tablettes de combustible pour son réacteur de recherche de 40 mW à Arak, dans la Province centrale du pays, a annoncé samedi Gholam Reza Aghazadeh, vice-président de la République islamique et chef de l'Organisation nationale de l'Energie nucléaire.

    TEHERAN, 24 novembre - RIA Novosti. L'Iran a fabriqué des tablettes de combustible pour son réacteur de recherche de 40 mW à Arak, dans la Province centrale du pays, a annoncé samedi Gholam Reza Aghazadeh, vice-président de la République islamique et chef de l'Organisation nationale de l'Energie nucléaire.

    "Conformément aux normes existantes, des tablettes de combustibles ont été fabriquées pour être utilisées dans le réacteur de recherche à Araka", a-t-il annoncé, cité par l'agence officielle IRNA.

    Ces tablettes sont fabriquées à partir de dioxyde d'uranium faiblement enrichi.

    La communauté internationale craint que le réacteur d'Araka puisse être utilisé par l'Iran pour obtenir du plutonium, nécessaire à la création de l'arme atomique.

    Téhéran souligne de son côté que ce réacteur de 40 mW à eau lourde dont le chantier n'est pas encore achevé, sera nécessaire pour satisfaire les besoins du secteur énergétique et de la médecine en Iran.

    Dans un récent rapport à l'Assemblée générale, le directeur général de l'Agence internationale de l'Energie atomique, Mohamed ElBaradei, a regretté que l'Iran n'ait pas arrêté l'édification du réacteur à Arak, malgré deux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU.

    Lire aussi:

    Mediapart affirme que de Rugy a démissionné afin d'éviter de nouvelles révélations sur ses frais de député
    L’irrésistible hausse du nombre d’agressions: «la France se sud-américanise»
    Le nouveau bateau lance-missiles russe Mytischi dans ses moindres détails - images
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik