Ecoutez Radio Sputnik
    International

    L'Ossétie du Sud demande à la Russie de reconnaître son indépendance

    International
    URL courte
    0 01
    MOSCOU, 29 novembre - RIA Novosti. Les autorités sud-ossètes ont transmis à la Russie et aux organisations internationales une demande visant à reconnaître l'Ossétie du Sud, a déclaré jeudi dans une interview à RIA Novosti le président de l'Ossétie du Sud Edouard Kokoïty.

    (L'Ossétie du Sud est une république autoproclamée sur le territoire de la Géorgie - ndlr.)

    Selon lui, cette demande a notamment été envoyée aux présidents de la Douma (Chambre basse du parlement russe) et du Conseil de la Fédération (Chambre haute du parlement russe), à l'Organisation des Nations Unies, à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), à l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et à d'autres organisations internationales.

    Le président sud-ossète a indiqué que l'année écoulée avait été une bonne année pour sa république.

    "Elle a déjà reçu une bonne impulsion le 12 novembre 2006 quand un référendum en Ossétie du Sud a confirmé sa politique d'indépendance", a souligné M. Kokoïty.

    A l'époque de l'Union Soviétique, l'Ossétie du Sud était une région autonome au sein de la Géorgie. Au début des années 1990, le premier président géorgien Zviad Gamsakhourdia a annulé cette autonomie.

    Un conflit armé a alors opposé l'Ossétie du sud à Tbilissi de 1990 à 1992. L'Ossétie du Sud cherche depuis lors à obtenir la reconnaissance de son indépendance par la communauté internationale.

    Les négociations se déroulent dans le cadre de la Commission de contrôle mixte avec quatre coprésidents - Russie, Géorgie, Ossétie du Sud et Ossétie du Nord (république de la Fédération de Russie - ndlr).

    Tbilissi propose un nouveau format de négociation, avec la création d'une commission sur la définition du statut de l'ancienne région autonome d'Ossétie du Sud au sein de la Géorgie, où l'administration provisoire de l'Ossétie du Sud, désignée par Tbilissi, aurait voix au chapitre.

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    Damas reconnaît l'Ossétie du Sud: un «acte profondément réfléchi»
    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik