Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Kosovo: pas d'entente entre Belgrade et Pristina (rapport de la "troïka")

    International
    URL courte
    0 17 0 0

    La "troïka" de médiateurs internationaux aux négociations sur le Kosovo constatera dans son rapport que Belgrade et Pristina ne sont pas arrivés à un consensus sur le statut de la province, a déclaré lundi dans une conférence de presse à Belgrade Wolfgang Ischinger, diplomate allemand représentant l'UE à la "troïka".

    BELGRADE, 3 décembre - RIA Novosti. La "troïka" de médiateurs internationaux aux négociations sur le Kosovo constatera dans son rapport que Belgrade et Pristina ne sont pas arrivés à un consensus sur le statut de la province, a déclaré lundi dans une conférence de presse à Belgrade Wolfgang Ischinger, diplomate allemand représentant l'UE à la "troïka".

    (La "troïka" de médiateurs internationaux est composée de l'Américain Frank Wisner, de l'Allemand Wolfgang Ischinger et du Russe Alexandre Botsan-Khartchenko a été désignée par le Groupe de contact pour le Kosovo (Etats-Unis, Russie, France, Grande-Bretagne, Allemagne et Italie) afin d'effectuer la navette diplomatique entre Belgrade et Pristina -ndlr).

    Le document renfermera également toutes les propositions formulées au cours du dialogue par les deux parties aux négociations - la délégation de la Serbie et celle des Albanais kosovars.

    "Bien que les parties ne soient toujours pas arrivées à une entente, il est à noter que le processus de négociations lui-même était utile sur bien des points. Tout d'abord, nous avons reçu les promesses des parties d'éviter des faits et gestes pouvant remettre en cause la sécurité au Kosovo. Ensuite, tant les leaders serbes que les leaders albanais ont promis de renoncer à la violence dans la solution du problème de la province", a indiqué M. Ischinger.

    Selon les médiateurs internationaux, le rapport ne renfermera pas de projets concrets pour régler le problème du statut du Kosovo.

    Toujours est-il que le mandat de la "troïka" expire le 10 décembre prochain, a fait remarquer le représentant des Etats-Unis à la "troïka" Frank Wisner, répondant à la question sur une éventuelle poursuite des négociations. "Nous avons accompli notre travail, a-t-il dit. Quoi qu'il en soit, cela ne signifie pas du tout que la question est close. La discussion en peut être poursuivie par les gouvernements nationaux. Un éventuel dialogue ultérieur ne relève plus de la compétence de la "troïka".

    Le représentant russe à la "troïka" Alexandre Botsan-Khartchenko a noté, pour sa part, que la discussion sur le statut du Kosovo se poursuivrait au Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies. Qui plus est, a souligné le diplomate russe, les négociations sous la médiation de la "troïka" avaient été la plus sérieuse tentative d'établir un dialogue constructive entre Belgrade et Pristina sur le statut du Kosovo et ce, depuis 1999.

    Le 9 décembre prochain à Vienne, les médiateurs internationaux soumettront au Groupe de contact leur rapport sur les résultats des négociations sur le statut du Kosovo entre les délégation de Belgrade et de Pristina. Ensuite, le document sera envoyé au secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies Ban Ki-moon.

    Le 19 décembre, le rapport sera examiné au Conseil de sécurité de l'ONU avec la participation du premier ministre serbe Vojislav Kostunica, du chef de la diplomatie serbe Vuk Jeremic et du ministre serbe pour le Kosovo-Metohija Slobodan Samardzic. Lundi, les thèses essentielles du rapport de la "troïka" ont été portées à leur connaissance.

    Lire aussi:

    «La division du Kosovo provoquera une réaction en chaîne»
    Le Président serbe prêt à négocier avec les Albanais du Kosovo
    Crimée, Kosovo: le Président tchèque dénonce le «double standard»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik