Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Changement climatique: la Russie en dessous du niveau de 1990 en matière d'émissions à l'horizon 2020 (interview)

    International
    URL courte
    0 5 0 0
    MOSCOU, 14 janvier - RIA Novosti. Les émissions de gaz à effet de serre de la Russie ne devraient pas dépasser le niveau de 1990 à l'horizon 2020, a annoncé Andreï Gorkov, directeur général du Fonds énergétique de l'oxyde de carbone de RAO EES Rossii.

    "Il est très probable que nous ne dépasserons pas le niveau des rejets de 1990 pendant la période de l'après-Kyoto ", a-t-il fait savoir.

    "Même si la conjoncture est catastrophique, que le pays traverse une pénurie de gaz, et que les pires conditions sont réunies, nous ne dépasserons que très légèrement en 2017 le niveau d'émission de 1990", a-t-il ajouté.

    Le 1er janvier 2008 constituait la première journée de la période d'engagement du protocole de Kyoto, qui s'étend de 2008 à 2012. Les pays signataires s'engagent à réduire de 5,2 % leurs émissions de dioxyde de carbone par rapport aux émissions de 1990 d'ici 2012.

    Une conférence sur le changement climatique sous l'égide de l'ONU s'est tenue en décembre 2007 sur l'île de Bali en Indonésie. Celle-ci avait pour but de poser les bases d'un traité international voué à prendre la succession du protocole de Kyoto, qui expirera le 31 décembre 2012.

    Le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) affirme que les pays doivent s'engager à réduire leurs émissions de 25 à 10% par rapport au niveau de 1990 pendant la période 2012-2020.

    De nombreux experts jugent ces objectifs irréalistes pour la Russie.

    "Le secteur énergétique russe pourrait sans grand dommage supporter une réduction de 10% par rapport au niveau de 1990, sans freiner sa croissance", a déclaré M. Gorkov.

    Selon lui, du point de vue mathématique, l'influence sur le climat des mesures prises par les pays signataires du protocole de Kyoto est négligeable, mais le fait qu'ils s'entendent et tentent de faire quelque chose est capital.

    "Il est essentiel que chaque pays mette au point une politique nationale dans le domaine du climat, et élabore des mesures qui freinent dans une certaine mesure l'influence de l'homme sur l'environnement", a-t-il conclu.

    Le protocole de Kyoto, clause additionnelle à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), a été signé le 11 décembre 1997. Il est entré en vigueur en 2002 après sa ratification par la Russie et a pour objectif de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère à un niveau empêchant toute perturbation dangereuse du climat.

    Bien que la Russie émette 17 % des gaz à effet de serre, elle est cependant autorisée par le protocole de Kyoto à émettre 20 % des gaz à effet de serre, puisque le protocole se base sur les émissions mesurées en 1990, c'est-à-dire avant le fort ralentissement de l'activité industrielle russe.

    Lire aussi:

    La sortie US de l’Accord sur le climat n’aura pas d’effet juridique mais découragera
    La Russie ratifiera l’accord de Paris sur climat d’ici 2020
    Fidèle à l'accord de Paris, la Russie remplit «la quasi-totalité de ses engagements»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik