Ecoutez Radio Sputnik
    International

    British Council: Moscou dément la thèse des représailles

    International
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 14 janvier - RIA Novosti. La Russie a réaffirmé lundi que le contentieux autour du British Council, dont les bureaux régionaux ont rouvert malgré l'interdiction russe, n'avait rien à voir avec les autres dossiers épineux des relations russo-britanniques aggravées par l'affaire Litvinenko.

    "Nous estimons que Londres assume l'entière responsabilité dans le dossier (du British Council) que nous évitons de lier avec d'autres aspects des relations bilatérales", a déclaré le porte-parole de la diplomatie russe, Mikhaïl Kamynine, interrogé par la presse après la convocation de l'ambassadeur britannique Anthony Brenton.

    Le British Council a rouvert lundi ses bureaux régionaux de Saint-Pétersbourg et d'Ekaterinbourg, dont les autorités russes avaient imposé la fermeture, ceux-ci n'ayant pas été enregistrés en bonne et due forme. L'ambassadeur de Grande-Bretagne en Russie, Anthony Brenton, a été convoqué lundi au ministère russe des Affaires étrangères, qui a qualifié cette démarche de "provocation".

    Le British Council est une institution gouvernementale britannique qui a pour mission d'établir des relations culturelles entre le Royaume-Uni et d'autres pays, mais aussi de promouvoir l'apprentissage de la langue anglaise dans le monde. Il a ouvert sa première représentation à Moscou au milieu des années 1990 en vertu d'un accord bilatéral. La Russie affirme que le British Council a ensuite ouvert une série d'autres représentations en dehors de Moscou sans en aviser les autorités russes.

    Les relations russo-britanniques ont connu en 2007 une dégradation spectaculaire, qui s'est traduite par une expulsion réciproque de diplomates, après le rebondissement dans l'affaire Litvinenko. Ex-agent des services de sécurité russes naturalisé en Grande-Bretagne, Alexandre Litvinenko est décédé à Londres en novembre 2006. Sa mort reste pour l'instant inexpliquée. Le Royaume-Uni l'impute à l'homme d'affaires russe Andreï Lougovoï, que Moscou refuse d'extrader en raison de contraintes constitutionnelles.

    Lire aussi:

    Perquisition d'une mission russe aux USA: en protestation, Moscou convoque un diplomate US
    Deux chasseurs britanniques décollent en urgence d’une base écossaise
    La Russie se dotera d’un sous-marin de prospection sismique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik