Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Première visite officielle de Sarkozy à Abou Dhabi

    International
    URL courte
    0 1 0 0

    Le président français Nicolas Sarkozy est attendu mardi aux Emirats arabes unis pour une visite officielle d'une journée, la première en sa qualité de chef d'Etat.

    ABOU DHABI, 15 janvier - RIA Novosti. Le président français Nicolas Sarkozy est attendu mardi aux Emirats arabes unis pour une visite officielle d'une journée, la première en sa qualité de chef d'Etat.

    Selon des sources diplomatiques, la France et les Emirats arabes unis doivent signer une série d'accords relatifs à la coopération bilatérale dans le nucléaire, la culture, l'enseignement, les transports et la défense.

    M. Sarkozy, qui effectue une tournée dans les pays du Golfe persique, arrivera à Abou Dhabi en provenance de Riyad où une série d'accords ont été conclus, y compris dans la coopération énergétique. Après les Emirats arabes unis, il est attendu au Qatar où un accord similaire doit être signé.

    La France mène un dialogue politique permanent avec les Emirats arabes unis. En juillet dernier, Paris a reçu la visite du président émirati, le cheikh Khalifa bin Zayyed Al-Nahyan. Les deux pays ont des vues proches sur les problèmes de l'Irak, de l'Iran et du Liban et prônent la reprise du processus de paix au Proche-Orient. Les Emirats arabes unis sont le premier partenaire économique de la France dans les pays du Golfe, avec 4,2 milliards d'euros d'échanges annuels, selon l'ambassade de France à Abou Dhabi.

    Abou Dhabi abrite la première et unique filiale étrangère de la Sorbonne, l'une des plus vieilles universités du monde. Les deux pays ont par ailleurs signé un accord par lequel une filiale du Louvre sera ouverte dans l'île de Saadiyat, au large de la capitale, projet qui coûtera 1 milliard d'euros au gouvernement de l'émirat.

    Lire aussi:

    Macron aux Émirats arabes unis, piégé par sa politique d'équilibre?
    Paris appelle à une désescalade dans la crise du Golfe
    Les Émirats, une nouvelle cible de Washington ou un nouveau client?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik