Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Kosovo: la Russie doit user de son veto au Conseil de sécurité (député russe)

    International
    URL courte
    Statut du Kosovo (2007) (365)
    0 16 0 0

    La Russie devra user de son droit de veto s'agissant d'un éventuel octroi de l'indépendance au Kosovo au Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies.

    MOSCOU, 16 janvier - RIA Novosti. La Russie devra user de son droit de veto s'agissant d'un éventuel octroi de l'indépendance au Kosovo au Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies, a estimé mercredi à Moscou le président du Comité pour les Affaires internationales de la Douma (Chambre basse du parlement russe) Konstantin Kossatchev.

    Le Conseil de sécurité de l'ONU discutera mercredi de la situation au Kosovo. Il sera notamment saisi d'un rapport du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon sur la Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK).

    "Nous n'admettrons aucune résolution du Conseil de sécurité qui consacre l'indépendance du Kosovo", a déclaré devant les journalistes M. Kossatchev, ajoutant que même si l'indépendance de cette province était proclamée et reconnue par certains Etats occidentaux, il n'y avait aucune "perspective de reconnaissance du Kosovo en tant qu'Etat membre de l'ONU".

    Cela dit, le député a souligné qu'à n'importe quelle étape de l'examen de la situation autour du Kosovo au Conseil de sécurité de l'ONU, le Russie avait le droit de veto "que nous ne manquerons pas d'utiliser".

    Ayant constaté que les négociations sur le statut du Kosovo n'avaient pas eu, dès le début, de grandes chances d'aboutir, Konstantin Kossatchev a fait remarquer qu'une proclamation unilatérale d'indépendance de cette province devenait chaque jour plus probable.

    Selon le président du Comité pour les Affaires internationales de la Chambre basse du parlement russe, une proclamation unilatérale d'indépendance par Pristina serait une violation directe de la résolution 1244 du Conseil de sécurité de l'ONU, de la Charte de l'ONU et du droit international.

    "Cela ne pourra en aucun cas être reconnu par la Russie et ne le sera pas. La position russe restera invariable", a dit M. Kossatchev.

    Formellement toujours partie intégrante de la Serbie, la province du Kosovo, dont la population est majoritairement albanaise, est administrée par la Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo depuis 1999, après un important conflit interethnique. Pristina insiste sur sa totale indépendance vis-à-vis de la Serbie, alors que Belgrade lui propose une large autonomie.

    Dossier:
    Statut du Kosovo (2007) (365)

    Lire aussi:

    Crimée, Kosovo: le Président tchèque dénonce le «double standard»
    «La division du Kosovo provoquera une réaction en chaîne»
    Pourquoi ce qui a été autorisé pour le Kosovo ne l’est-il pas pour la Catalogne?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik