Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Le programme nucléaire iranien est militaire (Livni)

    International
    URL courte
    0 0 0 0

    La poursuite en Iran des activités d'enrichissement de l'uranium témoigne de l'objectif militaire du programme nucléaire iranien, a déclaré jeudi à Moscou la vice-première ministre et ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni.

    MOSCOU, 17 janvier - RIA Novosti. La poursuite en Iran des activités d'enrichissement de l'uranium témoigne de l'objectif militaire du programme nucléaire iranien, a déclaré jeudi à Moscou la vice-première ministre et ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni.

    "Au moment où la Russie a entamé ses livraisons de combustible nucléaire pour la centrale de Bouchehr, les activités d'enrichissement de l'uranium ne peuvent se poursuivre qu'à des fins militaires", a-t-elle indiqué lors d'une allocution à l'Académie diplomatique de Moscou.

    La diplomate israélienne a rappelé que l'Iran avait tenté de concevoir clandestinement l'arme nucléaire selon un rapport publié récemment par les services de renseignement américains.

    "L'Iran représente une menace, car son idéologie frise la folie, car il tente d'entrer en possession d'armes nucléaires en violant le traité de non-prolifération, car nul ne peut exclure des fuites de technologies nucléaires et "l'effet domino" quand d'autres pays "modérés" lui emboîteront le pas pour se doter de l'arme nucléaire", a-t-elle expliqué.

    L'Iran continue d'insister sur la nature pacifique de son programme nucléaire et refuse de suspendre l'enrichissement de l'uranium au motif que le traité de non-prolifération n'interdit pas d'enrichir de l'uranium à des fins civiles.

    Lire aussi:

    L’Iran prêt à reprendre la production d’uranium enrichi dans un délai de 5 jours
    L’Iran pourra-t-il enrichir de l’uranium pour fabriquer une bombe atomique?
    Agence de l'énergie atomique: les centrifugeuses nord-coréennes tournent à nouveau
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik