Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Kosovo: la division du pays ne doit s'opérer qu'avec l'accord de toutes les parties (parlementaire russe)

    International
    URL courte
    0 0 0 0

    La division ou l'unification d'un Etat doit reposer sur le consentement de toutes les parties participant à ce processus, a indiqué le président du comité de la Douma pour la législation constitutionnelle et l'édification de l'Etat, Vladimir Pliguine, commentant la situation autour du Kosovo.

    MOSCOU, 17 janvier - RIA Novosti. La division ou l'unification d'un Etat doit reposer sur le consentement de toutes les parties participant à ce processus, a indiqué le président du comité de la Douma pour la législation constitutionnelle et l'édification de l'Etat, Vladimir Pliguine, commentant la situation autour du Kosovo.

    "L'approche de la Russie, qui appelle à prendre en compte les positions de toutes les parties en cas de division d'un pays ou de conservation de son unité, constitue la pierre angulaire des démarches conduisant à un consensus", a déclaré jeudi M. Pliguine aux journalistes.

    Selon lui, cette position de Moscou est fondamentale, y compris pour le règlement du problème du Kosovo.

    La Russie a confirmé mercredi, lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, qu'elle s'opposait à l'adoption d'une résolution reconnaissant l'indépendance du Kosovo sans le consentement de la Serbie.

    Quelle que soit la solution apportée au problème du Kosovo, elle constituera sans aucun doute un précédent pour le règlement des autres situations analogues, estime M. Pliguine. Dans ce cas, une centaine de nouveaux Etats pourraient surgir au XXIe siècle, a-t-il ajouté.

    La communauté mondiale doit "tout faire pour maintenir ces processus dans le cadre du droit international" et les empêcher de dégénérer en une tragédie pour des milliers de personnes, a conclu le parlementaire.

    Lire aussi:

    «La division du Kosovo provoquera une réaction en chaîne»
    Pourquoi ce qui a été autorisé pour le Kosovo ne l’est-il pas pour la Catalogne?
    Crimée, Kosovo: le Président tchèque dénonce le «double standard»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik