Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Kosovo: le remplacement de la mission de l'ONU exige l'accord des deux parties (diplomatie russe)

    International
    URL courte
    Statut du Kosovo (2007) (365)
    0 0 01

    Le remplacement de la Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK) par celle de l'Union européenne (UE) ne pourra être envisagé que si Belgrade et Pristina l'acceptent.

    MOSCOU, 17 janvier - RIA Novosti. Le remplacement de la Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK) par celle de l'Union européenne (UE) ne pourra être envisagé que si Belgrade et Pristina l'acceptent, lit-on jeudi dans une déclaration du porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères (MID) Mikhaïl Kamynine.

    Cette déclaration a été faite à l'occasion de l'examen de la situation au Kosovo par le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies.

    "Nous invitons nos partenaires au Conseil de sécurité à travailler, tout en nous appuyant sur la résolution 1244, à une "feuille de route" pour le règlement du problème kosovar, prévoyant tout un ensemble d'ententes sur l'autonomie maximum de la province, sur la protection et la garantie des droits des Serbes et des autres minorités ethniques du Kosovo, ainsi que sur la répartition des compétences entre Belgrade et Pristina. Il pourrait aussi être question du remplacement de la présence internationale onusienne au Kosovo par une mission de l'Union européenne si évidemment les parties l'acceptent", a estimé le porte-parole de la diplomatie russe.

    Le texte de la déclaration de Mikhaïl Kamynine est publié sur le site du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie.

    Dossier:
    Statut du Kosovo (2007) (365)

    Lire aussi:

    «La division du Kosovo provoquera une réaction en chaîne»
    Le Président serbe prêt à négocier avec les Albanais du Kosovo
    Crimée, Kosovo: le Président tchèque dénonce le «double standard»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik