Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Kosovo: le Conseil de sécurité de l'ONU seul habilité à définir le statut de la province (Terry Davis)

    International
    URL courte
    0 0 0 0

    Le secrétaire général du Conseil de l'Europe Terry Davis estime que la question du Kosovo est entièrement du ressort du Conseil de sécurité de l'ONU.

    STRASBOURG, 22 janvier - RIA Novosti. Le secrétaire général du Conseil de l'Europe Terry Davis estime que la question du Kosovo est entièrement du ressort du Conseil de sécurité de l'ONU.

    "J'ai toujours dit et je le répète: le statut du Kosovo doit être défini par le Conseil de sécurité de l'ONU", a-t-il répondu, lors d'une conférence de presse à Strasbourg, à la question d'un journaliste qui lui demandait de commenter la situation autour de cette province.

    "En cas de litige, c'est l'ONU qui règle les problèmes des frontières nationales des pays", a précisé M. Davis.

    Mardi, l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (PACE) examinera toute la journée le rapport du lord Russell-Johnston consacré au problème du Kosovo. M. Davis a refusé de commenter l'hypothèse d'une proclamation unilatérale d'indépendance du Kosovo".

    "Je refuse de commenter cette supposition", a dit le secrétaire général du Conseil de l'Europe.

    M. Davis a souligné que certains pays avaient leur propre position sur la question du Kosovo.

    "Membre du Conseil de l'Europe, la Russie est nettement opposée à l'indépendance du Kosovo et au plan de Martti Ahtisaari", a-t-il précisé, ajoutant que d'autres pays suivaient attentivement, eux aussi, l'évolution de la situation autour du Kosovo.

    "Que ce problème soit réglé sur la base d'un consensus", a conclu le secrétaire général du Conseil de l'Europe.

    Lire aussi:

    Le Kosovo, premier «exportateur» de terroristes européens au Moyen-Orient
    Crimée, Kosovo: le Président tchèque dénonce le «double standard»
    «La division du Kosovo provoquera une réaction en chaîne»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik