Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Serbie-Russie: Lavrov nie toute ingérence dans les affaires de Belgrade

    International
    URL courte
    0 0 01
    MOSCOU, 23 janvier - RIA Novosti. La Russie ne cherche pas à s'ingérer dans les processus à l'oeuvre en Serbie, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, concernant les prochaines visites des candidats au second tour de l'élection présidentielle serbe.

    "Le président serbe et le premier ministre se sont tournés vers nous et nous sommes disposés à les rencontrer, si une demande en ce sens est formulée", a-t-il déclaré avant de faire savoir que la Russie et la Serbie entretenaient des relations d'amitié très fortes.

    Concernant la situation au Kosovo, le chef de la diplomatie russe a affirmé que la Russie prônait un règlement du conflit conforme aux principes du droit international.

    "Nous ne poursuivons pas nos propres ambitions sur ce dossier. A plusieurs reprises, nous avons répété à nos amis serbes que nous soutiendrions toute solution acceptable pour les deux parties", a déclaré M. Lavrov.

    "Nous ne cherchons pas à être plus serbes que les Serbes", a-t-il commenté.

    Les agences d'information serbes avaient annoncé auparavant que le président serbe Boris Tadic et le premier ministre Vojislav Kostunica étaient attendus à Moscou le 25 janvier afin d'assister à la cérémonie de signature de l'accord de coopération serbo-russe dans la sphère gazière. Le ministre serbe des Affaires étrangères Vuk Jeremic et le ministre de l'Energie Alexandre Popovic devraient également faire partie de la délégation serbe.

    Mardi, le gouvernement serbe a approuvé un traité de coopération avec la Russie, qui, selon M. Kostunica, favorisera le développement du pays et en fera un "leader économique dans la région".

    Deux documents devraient être signés: un accord entre les compagnies Serbiagaz et Gazprom sur la construction d'un tronçon du gazoduc South Stream et la création d'un entrepôt souterrain de gaz de 800 millions de mètres cubes de gaz près de Banatski Dvor, ainsi qu'un accord entre le gouvernement serbe et Gazprom Neft concernant la privatisation et les investissements dans le développement de la principale compagnie pétrolière du pays, NIS (Naftna Industrija Srbije).

    Lire aussi:

    La Serbie sert-elle à contourner l’embargo? Un ministre à Moscou pour dissiper les doutes
    Les USA vont-ils «espionner» l’Europe depuis la Serbie?
    Les MiG-29, cadeau russe à la Serbie, bientôt au service des Forces armées serbes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik