International
URL courte
0 20
S'abonner

Le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov soumettra à la Conférence annuelle de l'ONU sur le désarmement le projet russo-chinois de "Traité sur le non-déploiement des armes dans l'espace et le non-emploi de la force ou du recours à la menace de la force contre les objets spatiaux".

Le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov soumettra officiellement mardi à la Conférence annuelle de l'ONU sur le désarmement, qui se tient à Genève, le projet russo-chinois de nouveau traité international visant à empêcher la course aux armements dans l'espace.

Il s'agit du projet de "Traité sur le non-déploiement des armes dans l'espace et le non-emploi de la force ou du recours à la menace de la force contre les objets spatiaux".

Les Etats-Unis ont déjà manifesté à plusieurs reprises leur opposition à ce projet. Washington élabore ses dernières années la nouvelle génération de défense nationale antimissile réactivant de facto son programme "'initiative de défense stratégique" (IDS) baptisée dans les années 80 "Guerre des étoiles".

Dans un communiqué diffusé le 1er février à Washington, le sous-secrétaire d'Etat américain Donald Mahley avait réaffirmé l'opposition des Etats-Unis au projet russo-chinois.

Selon le diplomate américain, les Etats-Unis ne soutiendront pas le document que la Russie et la Chine se proposent de présenter le 12 février à Genève.

"Compte tenu des précédents projets russo-chinois soumis à la conférence sur le désarmement, et du projet actuel diffusé aux membres de la conférence, nous ne voyons ici rien de nouveau qui puisse infléchir notre position", a déclaré le sous-secrétaire d'Etat américain.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
De mystérieux objets célestes circulaires intriguent des astronomes
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
Tags:
Traité sur le non-déploiement des armes dans l'espace, ONU, Sergueï Lavrov
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook