Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Reconnaissance du Kosovo: une démarche contraire aux intérêts de l'Europe (Schröder)

    International
    URL courte
    Statut du Kosovo (2007) (365)
    0 01

    La reconnaissance de l'indépendance du Kosovo vis-à-vis la Serbie allait à l'encontre des intérêts de nombreux pays européens, a déclaré lundi à Berlin lors d'une interview accordée à RIA-Novosti l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder.

    BERLIN, 5 mai - RIA-Novosti. La reconnaissance de l'indépendance du Kosovo vis-à-vis la Serbie allait à l'encontre des intérêts de nombreux pays européens, a déclaré lundi à Berlin lors d'une interview accordée à RIA-Novosti l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder.

    "Je crois que la reconnaissance de l'indépendance du Kosovo vis-à-vis la Serbie était un faux pas, dans la mesure où cette démarche était prématurée. Au lieu de régler un problème, les Etats-Unis et l'Union Européenne en ont créé beaucoup d'autres", a précisé M.Schröder, actuellement président du conseil des actionnaires du consortium Nord Stream.

    "L'Union Européenne a succombé à la pression américaine. Cette décision (la décision du parlement kosovar de proclamer l'indépendance) servait sans doute les intérêts des Etats-Unis, mais certainement pas ceux de l'Europe", a-t-il expliqué.

    Selon lui, il y avait d'autres moyens de régler la crise du Kosovo.

    "A mon avis, la Serbie doit devenir membre de l'UE dans un proche avenir, si elle le souhaite. Le Kosovo pouvait adhérer à l'UE tout en faisant partie de la Serbie. Enfin, on aurait pu créer un Etat kosovar indépendant dans le cadre de l'entrée commune de la Serbie et du Kosovo à l'UE", a-t-il conclu.

    Dossier:
    Statut du Kosovo (2007) (365)

    Lire aussi:

    Anniversaire du Kosovo: confettis et lacrymo
    L’UE débloque 2 M EUR pour une campagne d’information en Serbie. Dans quel but?
    Dix ans de la déclaration d’indépendance du Kosovo: un bien triste anniversaire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik