Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Le chef de l'Ossétie du Nord exhorte les pays étrangers à aider à la réunification des Ossètes

    International
    URL courte
    0 0 0

    Mardi, lors de la présentation de l'Ossétie du Nord au ministère russe des Affaires étrangères (MID), le président nord-ossète Taïmouraz Mamsourov a exhorté les ambassadeurs étrangers à contribuer à la réunification de l'Ossétie du Nord et de l'Ossétie du Sud, rapporte le correspondant de RIA Novosti sur place.

    MOSCOU, 20 mai - RIA Novosti. Mardi, lors de la présentation de l'Ossétie du Nord au ministère russe des Affaires étrangères (MID), le président nord-ossète Taïmouraz Mamsourov a exhorté les ambassadeurs étrangers à contribuer à la réunification de l'Ossétie du Nord et de l'Ossétie du Sud, rapporte le correspondant de RIA Novosti sur place.

    "Je veux vous demander de soutenir l'aspiration juste du peuple d'Ossétie à être uni", a dit M. Mamsourov, s'adressant aux diplomates présents à la cérémonie.

    A l'époque de l'URSS, l'Ossétie du Sud avait le statut de région autonome au sein de la République de Géorgie. En 1991, le premier président géorgien, Zviad Gamsakhourdia a annulé ce statut, provoquant un conflit meurtrier. Tbilissi a perdu le contrôle du territoire sud-ossète en 1992. La paix dans la zone du conflit osséto-géorgien est maintenue grâce à un contingent composé de trois bataillons (russe, géorgien et ossète), forts de 500 hommes chacun.

    La Commission mixte de contrôle avec des coprésidents russe, géorgien, nord-ossète et sud-ossète est le principal mécanisme de règlement du conflit. Ces derniers temps, Tbilissi met en cause le travail mené dans ce format, contrairement aux autres participants au processus de négociations.

    Lire aussi:

    Damas reconnaît l'Ossétie du Sud: un «acte profondément réfléchi»
    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    La Syrie et l'Ossétie du Sud établissent des relations diplomatiques
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik