Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Soudan: Moscou appelle les belligérants à respecter le cessez-le-feu (diplomatie)

    International
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 20 mai - RIA Novosti. La Russie invite les parties impliquées dans le conflit au Soudan à faire preuve de retenue et à respecter le cessez-le-feu conclu sous l'égide de l'ONU, a déclaré mardi Boris Malakhov, porte-parole par intérim du ministère russe des Affaires étrangères (MID).

    "Le cessez-le-feu est appelé à contribuer à l'application de l'accord de paix afin de garantir la stabilité, la sécurité et les droits des citoyens soudanais", a-t-il affirmé.

    Des affrontements entre les troupes régulières et les rebelles armés du Mouvement de libération du peuple soudanais (MLPS) ont récemment éclaté dans la région d'Abiey, à la frontière entre le nord et le sud du Soudan, faisant des morts et des blessés des deux côtés. Des dizaines de milliers de personnes ont été obligées de quitter leurs habitations.

    Des organisations humanitaires internationales leur apportent un secours d'urgence, a constaté le diplomate.

    "Ces événements ne manquent pas d'augmenter l'inquiétude de la communauté internationale. Ils plongent leurs racines dans le statut non réglé de la région d'Abiey où la frontière entre le nord et le sud du Soudan n'est toujours pas délimitée", a rappelé M. Malakhov.

    Aux termes de l'accord de paix signé en janvier 2005 entre Khartoum et le MLPS, la question de l'appartenance administrative et territoriale d'Abiey doit être réglée lors d'un référendum prévu pour 2011. "Cependant, Khartoum et Juba n'ont pas réussi à s'entendre sur les structures chargées d'administrer Abiey d'ici là, ni à en retirer leurs troupes, conformément à l'accord", a conclu le porte-parole par intérim de la diplomatie russe.

    Lire aussi:

    Le Soudan rappelle son ambassadeur en Égypte
    Une base militaire russe au Soudan: les pour et les contre
    Washington veut partager le Soudan en cinq parties, selon Khartoum
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik