Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Haut-Karabakh: pas de solution militaire (Lavrov)

    International
    URL courte
    0 0 0

    Le conflit du Haut-Karabakh n'a pas de solution militaire, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans une conférence de presse à l'issue des négociations vendredi à Moscou avec son homologue arménien Edouard Nalbandian.

    MOSCOU, 30 mai - RIA Novosti. Le conflit du Haut-Karabakh n'a pas de solution militaire, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans une conférence de presse à l'issue des négociations vendredi à Moscou avec son homologue arménien Edouard Nalbandian.

    Selon le chef de la diplomatie russe, ce conflit doit être réglé "par des moyens exclusivement pacifiques".

    "Quant au problème des armements dans la région, on sait que les paramètres des armements et des matériels sont règlementés par des accords internationaux appropriés, confortés par toute une série de mécanismes de contrôle et de vérification", a poursuivi M. Lavrov.

    "Je suis sûr et certain, et c'est la position de tout le Groupe de Minsk, que ce problème n'a pas de résolution militaire.

    En 1988, la république autonome du Karabakh annonça son retrait de l'Azerbaïdjan. Le conflit militaire qui suivit fit 25.000 à 30.000 morts, et provoqua l'exode de 1 à 1,5 million de réfugiés. Les négociations sur le règlement du conflit se poursuivent dans le cadre du groupe de Minsk de l'OSCE coprésidé par les Etats-Unis, la Russie et la France.

    (Les coprésidents du Groupe de Minsk de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe pour le règlement dans le Haut-Karabakh sont Iouri Merzliakov pour la Russie, Matthew Bryza pour les États-Unis et Bernard Fassier pour la France - ndlr.)

    Lire aussi:

    Pilonnages de localités dans le Haut-Karabagh, deux civils tués et plusieurs blessés
    Haut-Karabakh: l'armée azerbaïdjanaise pilonne l'armée arménienne
    Nouvelle escalade des tensions au Haut-Karabakh
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik