Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Tbilissi propose à Moscou de diviser l'Abkhazie en sphères d'influence (journal)

    International
    URL courte
    0 0 0

    Pour régler le conflit abkhazo-géorgien, Tbilissi propose à Moscou de diviser l'Abkhazie en sphères d'influence, une vaste zone russe et une petite géorgienne, avec le rétablissement formel de la souveraineté de la Géorgie sur la république non reconnue, écrit vendredi le journal Kommersant.

    MOSCOU, 27 juin - RIA Novosti. Pour régler le conflit abkhazo-géorgien, Tbilissi propose à Moscou de diviser l'Abkhazie en sphères d'influence, une vaste zone russe et une petite géorgienne, avec le rétablissement formel de la souveraineté de la Géorgie sur la république non reconnue, écrit vendredi le journal Kommersant.

    Le quotidien se réfère à des sources gouvernementales géorgiennes et diplomatiques russes.

    "Les nouvelles propositions de Tbilissi ont été rendues publiques lundi, lors de négociations russo-géorgiennes au niveau des vice-ministres des Affaires étrangères des deux pays, Grigori Karassine, en charge des pays de la CEI, et Grigol Vachadze. Ce plan prévoit de diviser l'Abkhazie en sphères d'influence", soutient le quotidien.

    RIA Novosti n'a pas encore obtenu de commentaires officiels à ce sujet.

    Kommersant rappelle qu'actuellement, la frontière abkhazo-géorgienne suit de fait le tracé de la rivière Ingouri, le long de laquelle le contingent de paix russe a installé des postes. Le plan de Tbilissi prévoit le retour massif des réfugiés géorgiens dans les districts de Gali et d'Otchamtchira, au nord de la rivière frontalière, ainsi que le remplacement des soldats de paix russes déployés dans cette région par un contingent abkhazo-géorgien mixte assumant des fonctions policières.

    D'après le journal, la ligne de démarcation doit être tracée plus au nord, le long de la rivière Kodori. "La zone située au nord doit rester sous le contrôle des autorités abkhazes, et Tbilissi n'insistera pas sur le retour des réfugiés dans cette région, Soukhoumi y étant farouchement opposé. La Géorgie pourrait en outre accepter la présence des troupes russes au nord du Kodori", écrit le Kommersant.

    "Lors des négociations de Moscou, Grigol Vachadze a particulièrement insisté sur le fait que Tbilissi était prêt à se résigner à l'acquisition d'actifs abkhaz par des Russes. Ceci dit, Tbilissi demande à Moscou de révoquer - ne serait-ce que formellement - les décrets signés par Vladimir Poutine le 15 avril dernier, à l'époque où il était encore président, les mesures prévues par ces décrets pouvant être réalisées sans entraves", souligne le journal.

    Le volet politique du plan, selon l'édition, prévoit d'octroyer à l'Abkhazie le statut de vaste autonomie au sein d'une Géorgie unie. En réalité, les territoires situés au nord du Kodori bénéficieront d'un maintien de leur statut quo.

    Ainsi, tous les participants de l'accord atteindront leurs objectifs tout en sauvant les apparences. Le président géorgien Mikhaïl Saakachvili pourra annoncer solennellement le retour de l'Abkhazie dans le giron de la mère Patrie, alors que la partie abkhaze, perdant le contrôle sur une faible portion de son territoire, bénéficiera en échange d'une indépendance de fait envers la Géorgie. Moscou obtiendra à titre de récompense pour son aide le refus géorgien d'intégrer l'OTAN et la possibilité de mettre économiquement en valeur l'Abkhazie, sans entraves.

    Interrogée par le journal, une source gouvernementale géorgienne a indiqué que les propositions présentées par Grigol Vachadze à Moscou ne constituaient pas encore un plan concret et détaillé, et qu'il ne s'agissait que de considérations générales. Selon la source, elles démontrent que la Géorgie est prête à aller très loin au nom du rétablissement formel de son intégrité territoriale.

    Lire aussi:

    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    L'Otan propose à Moscou de ne plus reconnaître l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik