Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Washington empêchera Téhéran de fermer le détroit d'Ormuz

    International
    URL courte
    0 0 0

    Washington n'autorisera pas Téhéran à fermer le détroit d'Ormuz, par lequel transite 25% du commerce mondial de pétrole, a affirmé hier le commandant de la 5e flotte américaine basée à Bahreïn, le vice-amiral Kevin Cosgriff.

    ABOU DHABI, 1er juillet - RIA Novosti. Washington n'autorisera pas Téhéran à fermer le détroit d'Ormuz, par lequel transite 25% du commerce mondial de pétrole, a affirmé hier le commandant de la 5e flotte américaine basée à Bahreïn, le vice-amiral Kevin Cosgriff.

    "Ils ne le fermeront pas car ils n'y seront pas autorisés", a déclaré le militaire américain, cité par le quotidien Bahrain Tribune.

    La semaine dernière, le chef des Gardiens de la révolution Mohammad Ali Jafari a déclaré au quotidien Jame Jam que l'Iran fermerait le détroit d'Ormuz et prendrait le contrôle du transit maritime si le pays était attaqué.

    "Nous ne permettrons à personne d'imposer des obstacles", a fait remarquer M. Cosgriff.

    Evoquant la possible détérioration de la situation dans la région du Golfe en cas d'attaque d'Israël contre l'Iran, le vice-amiral a indiqué qu'il ne voyait "aucune raison à une attaque de Tsahal contre Téhéran dans un futur proche".

    Le 20 juin, le New York Times a fait savoir qu'au cours de la première semaine de juin, plus d'une centaine d'avions F-16 et F-15 israéliens avaient mené des exercices militaires, qualifiés par certaines sources anonymes du Pentagone comme la répétition d'éventuelles frappes contre les sites nucléaires de Téhéran, accusé par différents pays, Etats-Unis et Israël en tête, de vouloir acquérir la bombe atomique.

    Lire aussi:

    L'Iran menace d'assimiler l'armée US à Daech
    L’Iran menace de prendre des mesures si les USA entravent la vente de son pétrole
    Netanyahu s’exprime ouvertement sur le rôle de l’aviation israélienne contre l’Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik