Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Washington empêchera Téhéran de fermer le détroit d'Ormuz

    International
    URL courte
    0 0 0

    Washington n'autorisera pas Téhéran à fermer le détroit d'Ormuz, par lequel transite 25% du commerce mondial de pétrole, a affirmé hier le commandant de la 5e flotte américaine basée à Bahreïn, le vice-amiral Kevin Cosgriff.

    ABOU DHABI, 1er juillet - RIA Novosti. Washington n'autorisera pas Téhéran à fermer le détroit d'Ormuz, par lequel transite 25% du commerce mondial de pétrole, a affirmé hier le commandant de la 5e flotte américaine basée à Bahreïn, le vice-amiral Kevin Cosgriff.

    "Ils ne le fermeront pas car ils n'y seront pas autorisés", a déclaré le militaire américain, cité par le quotidien Bahrain Tribune.

    La semaine dernière, le chef des Gardiens de la révolution Mohammad Ali Jafari a déclaré au quotidien Jame Jam que l'Iran fermerait le détroit d'Ormuz et prendrait le contrôle du transit maritime si le pays était attaqué.

    "Nous ne permettrons à personne d'imposer des obstacles", a fait remarquer M. Cosgriff.

    Evoquant la possible détérioration de la situation dans la région du Golfe en cas d'attaque d'Israël contre l'Iran, le vice-amiral a indiqué qu'il ne voyait "aucune raison à une attaque de Tsahal contre Téhéran dans un futur proche".

    Le 20 juin, le New York Times a fait savoir qu'au cours de la première semaine de juin, plus d'une centaine d'avions F-16 et F-15 israéliens avaient mené des exercices militaires, qualifiés par certaines sources anonymes du Pentagone comme la répétition d'éventuelles frappes contre les sites nucléaires de Téhéran, accusé par différents pays, Etats-Unis et Israël en tête, de vouloir acquérir la bombe atomique.

    Lire aussi:

    L’Arabie saoudite n’exclut pas la possibilité d’une opération militaire contre l’Iran
    Que se passerait-il si l'Iran bloquait le détroit d'Ormuz?
    La marine iranienne renforce sa présence dans le détroit d’Ormuz
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik