Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Ossétie du Sud: limogeage du gouvernement et état d'urgence

    International
    URL courte
    0 01

    Le président sud-ossète Edouard Kokoïty a limogé le gouvernement de la république non reconnue et décrété l'état d'urgence pour une période d'un mois, a annoncé lundi à RIA Novosti Tamara Kelekhsaeva, porte-parole de la présidence.

    MOSCOU, 18 août - RIA Novosti. Le président sud-ossète Edouard Kokoïty a limogé le gouvernement de la république non reconnue et décrété l'état d'urgence pour une période d'un mois, a annoncé lundi à RIA Novosti Tamara Kelekhsaeva, porte-parole de la présidence.

    Boris Tchotchiev, l'ancien vice-premier ministre et coprésident de la Commission mixte de contrôle (CMC) pour le règlement osséto-géorgien, est nommé premier ministre par intérim en remplacement de Iouri Morozov, selon la même source.

    Selon des médias, dimanche, lors d'une séance du gouvernement, M. Kokoïty a critiqué l'activité du cabinet des ministres lors de la catastrophe humanitaire en Ossétie du Sud après l'agression de la Géorgie.

    Mme Kelekhsaeva a annoncé que le président sud-ossète avait décrété l'état d'urgence dans la république à compter de 21h00 le 17 août jusqu'à 21h00 le 17 septembre.

    Dans la nuit du 7 au 8 août, la Géorgie a agressé la république autoproclamée d'Ossétie du Sud. L'armée géorgienne a pilonné la capitale sud-ossète, Tskhinvali, la rayant pratiquement de la carte et tuant des centaines de civils. Pour y mettre un terme, la Russie a lancé une opération visant à contraindre Tbilissi à la paix. A cet effet, elle a introduit dans la région 10.000 militaires et des centaines d'unités de matériel de guerre pour renforcer les 600 soldats de la paix qui s'y trouvaient déjà. Le 12 août, le président russe Dmitri Medvedev a annoncé la fin de l'opération.

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Damas reconnaît l'Ossétie du Sud: un «acte profondément réfléchi»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik