Ecoutez Radio Sputnik
    International

    OTAN: Merkel toujours favorable à l'adhésion de la Géorgie

    International
    URL courte
    0 0 0

    La chancelière allemande Angela Merkel a réaffirmé dimanche à Tbilissi son soutien au principe de l'adhésion de la Géorgie et de l'Ukraine à l'OTAN.

    TBILISSI, 18 août - RIA Novosti. La chancelière allemande Angela Merkel a réaffirmé dimanche à Tbilissi son soutien au principe de l'adhésion de la Géorgie et de l'Ukraine à l'OTAN.

    Lors d'une conférence de presse conjointe avec le président géorgien Mikhaïl Saakachvili, Mme Merkel a rappelé que ce principe était inscrit dans les documents du dernier sommet de l'OTAN à Bucarest en avril.

    Ces documents "contiennent une promesse ferme que l'Ukraine et la Géorgie feront partie de l'OTAN. Il y a eu des désaccords sur la date de lancement du Plan d'action pour l'adhésion (MAP), et je ne peux pas dire à ce jour quand le pas sera franchi. Mais je dois vous assurer que ce qui a été dit au printemps dernier à Bucarest n'en est pas moins actuel aujourd'hui", a-t-elle affirmé, citée par son service de presse.

    "Nous ferons le point de la situation en décembre, mais nous nous sommes fermement engagés dans la voie de l'adhésion à l'OTAN", a-t-elle affirmé.

    Mme Merkel a précisé que les ministres des Affaires étrangères de l'OTAN devaient se réunir mardi pour examiner les possibilités d'aide à Géorgie sur le plan de la construction militaire, avant de promettre à Mikhaïl Saakachvili l'assistance allemande en matière de réhabilitation des infrastructures en Géorgie.

    S'agissant du regain de tensions dans la zone du conflit osséto-géorgien, la chancelière allemande juge fondamentale la médiation de l'UE et appelle la Russie à retirer ses troupes sans tarder.

    "Je m'attends au retrait rapide des troupes russes qui, d'après les informations dont je dispose, n'est pour l'instant pas mené comme nous l'avions espéré. Ce retrait est une priorité", a-t-elle constaté.

    Mme Merkel a également proposé de dépêcher au plus vite des observateurs internationaux dans la région et d'accorder une assistance humanitaire aux réfugiés, qui sont plus de 118.000 selon le HCR. Elle a enfin appelé à l'envoi d'une force de maintien de la paix internationale, indiquant que l'Allemagne était prête à y participer.

    La chancelière allemande a fait grand cas du plan de paix en six points négocié avec la médiation de la France, qui assume la présidence tournante de l'UE, mais a reconnu qu'il ne s'agissait nullement d'un plan de règlement politique.

    L'armée géorgienne est intervenue dans la nuit du 7 au 8 août dernier en Ossétie du Sud, une des deux républiques sécessionnistes qui revendiquent leur indépendance par rapport à la Géorgie. Elle a pilonné Tskhinvali, la capitale, à coups de lance-roquettes multiples Grad, détruisant la ville et tuant de nombreux civils. La Russie a riposté par une opération militaire de grande envergure visant à contraindre la Géorgie à la paix, que certains responsables politiques occidentaux ont qualifiée d'usage disproportionné de la force armée.

    Lire aussi:

    Moscou révèle les «terribles» conséquences d’une possible adhésion de la Géorgie à l’Otan
    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik