Ecoutez Radio Sputnik
    International

    ABM: 54% des Lituaniens hostiles (sondage)

    International
    URL courte
    0 0 0
    VILNIUS, 18 août - RIA Novosti. La plupart des Lituaniens s'opposent à un éventuel déploiement du bouclier antimissile américain dans leur pays, selon un sondage de l'agence RAIT publié lundi par des médias lituaniens.

    42% des interrogés se déclarent catégoriquement hostiles à cette idée, et 12% sont "plutôt contre". 10% et 10% des sondés sont "favorables" ou "plutôt favorables" au bouclier antimissile américain, tandis que 26% des Lituaniens se déclarent "sans opinion".

    Le sondage a été réalisé du 18 au 23 juillet dernier sur un échantillon de 1.017 personnes.

    Washington envisage de déployer en Europe de l'Est des éléments de son bouclier antimissile pour parer à d'éventuelles attaques venant d'Iran ou de Corée du Nord. Il compte ainsi installer un radar en République tchèque et dix missiles intercepteurs en Pologne. Moscou, se sentant menacé, a exprimé à plusieurs reprises son hostilité envers ce projet malgré les tentatives américaines pour rassurer la Russie.

    Quand les négociations américano-polonaises étaient en difficultés, des bruits ont commencé à circuler sur des consultations secrètes présumées entre Washington et Vilnius. Les autorités lituaniennes ont rejeté ces rumeurs à maintes reprises, sans toutefois exclure la possibilité de consultations en cas d'échec du dialogue américano-polonais. La question a disparu d'elle-même quand Washington et Varsovie ont signé, le 15 août, un accord préliminaire sur le déploiement de dix missiles intercepteurs en Pologne d'ici 2011-2013. Plus tôt, un accord avait été signé avec la République tchèque sur l'installation d'un radar.

    Lire aussi:

    Mais non, ces avions militaires russes n'envahissaient pas la Lituanie!
    Moscou évoque une «riposte militaire» face au bouclier antimissile US en Corée du Sud
    Les USA renforceront leur présence militaire en Lituanie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik