Ecoutez Radio Sputnik
    International

    ONU: Washington et Londres entravent l'adoption d'une résolution sur l'Ossétie du Sud (MID)

    International
    URL courte
    0 0 0

    Les États-Unis et la Grande-Bretagne entravent l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU sur l'Ossétie du Sud (république autoproclamée sur le territoire géorgien), a déclaré lundi le ministère russe des Affaires étrangères (MID).

    MOSCOU, 18 août - RIA Novosti. Les États-Unis et la Grande-Bretagne entravent l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU sur l'Ossétie du Sud (république autoproclamée sur le territoire géorgien), a déclaré lundi le ministère russe des Affaires étrangères (MID).

    "La Russie et la France oeuvrent pour l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU fixant les six principes (de règlement du conflit armé en Géorgie) formulés à Moscou le 12 août", mais "les États-Unis et la Grande-Bretagne s'y opposent en essayant de déformer les ententes existantes, ils affirment que l'agression lancée par la Géorgie contre l'Ossétie du Sud le 8 août dernier n'a aucunement influé sur la situation dans la région et ignorent la nécessité d'entamer une discussion sur le statut de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie" (l'autre république autoproclamée sur le territoire géorgien), a indiqué le ministère.

    La Géorgie a attaqué la république autoproclamée d'Ossétie du Sud dans la nuit du 7 au 8 août. Les autorités sud-ossètes font état de plus de 2.000 morts parmi les civils alors que d'après le ministère russe des Affaires étrangères, 1.600 civils ont été tués pendant les hostilités. La Russie a été contrainte de lancer une opération de protection des civils ossètes contre l'agression géorgienne qui s'est achevée le 12 août. Le 18 août, Moscou a entamé le retrait du contingent de paix de Géorgie, conformément au plan de paix élaboré par le président russe Dmitri Medvedev et son homologue français Nicolas Sarkozy.

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Damas reconnaît l'Ossétie du Sud: un «acte profondément réfléchi»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik